Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Le Quatuor Zaïde pour deux étapes en août dans la région.

Quatre filles de feu !

• 4 août 2013⇒6 août 2013, 23 août 2013, 25 août 2013 •
Le Quatuor Zaïde pour deux étapes en août dans la région. - Zibeline

Elles ont le succès fulgurant ces quatre jeunes femmes surdouées des violons ! Le Quatuor Zaïde, au gré d’une opulente tournée d’été, s’arrête dans la région et Pauline Fritsch (2nd violon) est sa porte-parole pour Zibeline.

Pauline Fritsch : En septembre, nous allons fêter notre 4ème anniversaire. C‘est court, mais nous avons l’impression que nous nous connaissons, toutes les quatre, depuis très longtemps.

Zibeline : C’est spécificité française que de voir de jeunes quatuors réussir à percer sur les plans national et international, en si peu de temps, comme les Ebène il y a quelques années ou les Modigliani plus récemment !

P.F. On est surprise nous-même d’un succès si rapide. On le savoure aussi tout en ayant conscience qu’on n’a rien sans rien : c’est au prix d’un travail de tous les jours, d’un engagement commun et de nombreux sacrifices…

Z. A la différence des deux quatuors masculins que j’ai évoqués, le vôtre est exclusivement féminin. Est une spécificité voulue ?

P.F. Non ! On cherche une réponse… parce qu’on nous pose souvent la question ! En fait c’est un hasard. Certaines parmi nous, à la base, auraient plutôt exclu cette éventualité. Mais finalement, ce n’est pas facile de trouver des personnes avec lesquelles on puisse jouer, s’entendre, sur les plans humain, artistique… Il se trouve qu’on est quatre filles !

Z. On vous entendra lors de deux festivals au mois d’août dans la région. A l’Empéri d’abord ?

P.F. Oui c‘est la première fois qu’on vient à Salon, avec certains musiciens qu’on connaît déjà, comme Eric Le Sage avec qui on a déjà joué. Durant trois jours, on présentera un programme de purs quatuors avec Janacek (« Lettre intimes » & « A Kreutzer ») et Martinu (5ème Quatuor) : des pièces qu’on enregistrera pour notre premier disque à la rentrée chez Aparté. Egalement la Sérénade italienne de Wolf et une pièce plus récente de Xenakis : Tetras ! Le Festival Musique à l’Empéri permet de s’enrichir au contact d’autres artistes : on y donnera un Quintette de Boccherini avec le guitariste Christian Rivet et celui de Mozart avec clarinette en compagnie de Nicolas Baldeyrou.

Z. Est-ce aussi la première fois que vous viendrez au Festival international de Quatuor à cordes du Luberon ?

P.F. Non, déjà la troisième ! On a été invitées quasiment dès nos débuts. Là, sur deux soirées on rejouera Wolf, Xenakis, et Boccherini, cette fois en Quintette pour deux violoncelles avec Luc Debreuil, mais aussi les Trois pièces pour Quatuor à cordes de Stravinsky. On jouera trois grandes pièces du répertoire : le Quatuor en fa mineur op.20 n°5 de Haydn, plus sombre que de coutume car le Viennois préférait les tonalités majeures, l’op.44 n°2  en mi mineur de Mendelssohn et l’une des plus belles et ultimes œuvres de Schubert son Quatuor en sol majeur D.887.

Z. Quel est votre répertoire de prédilection ?

P.F. On est boulimiques ! Et c’est difficile de tout planifier. On a une ligne de conduite et on se tient aux projets qui nous tiennent à cœur. On est parties durant un an à Vienne pour travailler en particulier sur la Seconde Ecole de Vienne. On hérite de l’enseignement de membres de grands quatuors comme les Berg et les Artis : on y a saisi les subtilités des approches autrichiennes ou germaniques dans la tradition de jouer aussi bien Haydn que Zemlinsky. Notre prochain disque comprendra des opus qui se situent entre 1923 et 1938 : le cœur de notre répertoire ? Pas seulement : au Concours Haydn, remporté l’an dernier, on a travaillé sur des répertoires classiques. A Pékin, en 2011 c’était plus « généraliste ».

Z. Ces concours vous ont-ils marquées ?

P.F. Oui bien sûr, mais pas seulement pour les « récompenses » : pour le travail accompli sur les œuvres. Là, on a fini avec cette période ! Le concours qui nous a fait exister est celui de Bordeaux en 2010. On venait à peine de se former, ce Prix de la Presse à l’unanimité a lancé notre carrière. Derrière on a eu toute une série de concerts et d’engagements.

Z. Vous êtes toutes les quatre de jeunes femmes. Comment envisagez-vous votre avenir ? Comptez-vous durer comme les grands quatuors : 10, 20, 30 ans… ?

P.F. Oui on est très soudées. On privilégie le quatuor sur toutes les propositions qu’on peut avoir, les autres activités. C’est un sacrifice mais on s’y tient. On espère durer très longtemps !

Propos recueillis par JACQUES FRESCHEL
Juillet 2013

 

Quatuor Zaïde.

Charlotte Juillard et Pauline Fritsch (violons), Sarah Chenaf (alto) et Juliette Salmona (violoncelle).

http://quatuorzaide.com

Photo : Irène Zandel

Les 4, 5 et 6 août à 21h à SALON-DE-PROVENCE

Festival Musique à l’Emperi du 28 juillet au 8 août

04 90 56 00 82 www.festival-salon.fr

 

Le 23 août à 21h à GOULT (Eglise) et le 25 août à 18h30 à LA ROQUE D’ANTHÉRON (Abbaye de Silvacane)

Festival international de Quatuor à cordes du Luberon du 15 août au 1er septembre

07 77 34 42 25 www.quatuors-luberon.org


Abbaye de Silvacane
Route Départementale 561
13640 La Roque-d’Anthéron
04 42 50 41 69
http://www.abbaye-silvacane.com/


Château de l’Empéri
Montée du Puech
13300 Salon-de-Provence
04 90 56 00 82
http://festival-salon.fr/