14 films de la Quinzaine des Réalisateurs à voir du 28 mai au 4 juin à l’Alhambra Cinémarseille

Quatorze à la Quinzaine !

14 films de la Quinzaine des Réalisateurs à voir du 28 mai au 4 juin à l’Alhambra Cinémarseille - Zibeline

Depuis plusieurs années, la Quinzaine des Réalisateurs, manifestation née après Mai 68 au Festival de Cannes pour protester contre l’éviction d’Henri Langlois de la Cinémathèque Française, propose des reprises à Paris, Marseille, Bruxelles et Genève… Ainsi, du 28 mai au 4 juin, l’Alhambra Cinémarseille accueille 14 longs métrages sur les 21 que comporte la sélection.
Cinq films français : Henri, la rencontre de deux êtres en marge, présenté en ouverture le 28 à 20h30, en présence du délégué général Edouard Waintrop et de la réalisatrice Yolande Moreau. Tip top de Serge Bozon où deux femmes de l’IGPN enquêtent sur la mort d’un indic. Les Apaches, premier long de Thierry de Peretti qui nous emmène à Porto Vecchio et, en présence du réalisateur le 31 à 20h30, La fille du 14 juillet, premier long d’Antonin Peretjatko qui nous fait parcourir les routes estivales d’une France en crise. Une comédie, Les Garçons et Guillaume à table ! de Guillaume Gallienne adapté de son spectacle théâtral.
Trois films américains : Blue Ruin de Jeremy Saulnier, l’histoire d’un vagabond solitaire qui, après une terrible nouvelle, se met en route pour la maison de son enfance afin d’accomplir sa vengeance. Le Congrès, mi-film réaliste, mi-dessin animé fantastique d’Ari Folman, adapté d’un roman culte de Stanislaw Lem et Jodorowsky’s Dune, un documentaire de Franck Pavich sur les coulisses d’un projet avorté, l’adaptation du roman de science-fiction Dune par le Chilien Alejandro Jodorowsky dans les années 1970. Ce film sera présenté le 1er juin à 14h avant La danse de la réalité, adapté de l’autobiographie d’Alejandro Jodorowsky qui n’avait plus réalisé de film depuis 1990. Venu aussi du Chili, L’été des poissons volants,  premier film de Marcela Said, qui nous fait partager les vacances d’une adolescente dans la riche maison familiale, alors que la menace de la guérilla gronde. Dans Ugly d’Anurag Kashyap, une fillette de dix ans dont les parents sont divorcés a disparu et c’est le périple de deux adolescents dans le monde du vol de cuivre que l’on suit dans Le géant égoïste de Clio Barnard. Tout juste sorti de prison, Sombra se dit que, vraiment, il aurait peut-être mieux fait de rester à l’ombre dans Après la nuit de Basil da Cunha ; quant à Saul, il découvre à Haïfa, un père transformé, un monde réinventé et, peut-être, l’espoir d’une vie nouvelle dans A Strange Course of Events de Raphaël Nadjari.
Ce sont les deux tiers de la sélection de la Quinzaine que nous permet de voir cette année l’Alhambra et tous les cinéphiles s’en réjouissent !

ANNIE GAVA

Mai 2013

Alhambra Cinémarseille
04 91 03 84 66
www.alhambracine.com

Photo : Henri de Yolande Moreau