Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

L'Atelier du large, pari tenu au J1

Prendre le large

Vérifier les jours off sur la période
L'Atelier du large, pari tenu au J1 - Zibeline

Arriver au J1, c’est déjà prendre le large : à gauche comme à droite sont amarrés les plus gros ferries du port, notamment le Bonaparte récemment remis à flots, et derrière c’est la mer, à perte de vue. L’Atelier du large a judicieusement été installé là où les visiteurs de l’exposition Méditerranées croiseront les convives des Grandes Tables, dans un espace privilégié, lumineux, hospitalier, ouvert sur la grande baie de Marseille. Selon Nathalie Cabrera, Chargée de mission Actions de participation citoyenne au sein de MP2013, l’objectif était «le plus de brassage public possible», le pari «travailler sur le commun : trouver ce qui peut intéresser tout le monde». Et ils ont été menés à bien : le week-end, on se bouscule aux ateliers de Fotokino, et les trois galeries d’exposition attirent énormément de monde.

À l’entrée, une cabine de photomaton argentique est temporairement hors d’usage, après avoir été prise d’assaut : 2 € les quatre photos en noir et blanc qualité supérieure, c’est autre chose qu’un cliché blafard pris au néon par un appareil numérique ! Juste à côté, la visite commence par les dessins d’enfants de la Galerie des Quais, piochés dans l’énorme fonds d’archive de l’association Arts et Développement. Mises en valeur par un remarquable travail d’encadrement (celui de Guy Charbonnier, de l’atelier Art 7 à Sète), les oeuvres retenues par Vanessa Notley sont surprenantes, et ne détonneraient pas dans un salon d’art contemporain. Le 19 février, elles seront remplacées par une autre exposition, consacrée au patrimoine gitan, réalisée en partenariat avec le Museon Arlaten.

Un peu plus loin, une salle de projection qui diffuse des vidéos d’archives : Joseph Camusso a filmé Marseille dans les années 50, et tout l’amour qu’il portait à sa ville vous saute aujourd’hui aux yeux avec la même fraîcheur. Mais la part belle est réservée à la photographie, «la forme artistique la mieux partagée» selon Nathalie Cabrera. La Galerie des Chercheurs de midi expose les images collectées depuis avril 2012 sur le site de MP2013 : pour l’heure, c’est la série Paysages (là où l’on vit), puis ce sera celle des Usages (comment on vit), et enfin les Personnages (avec qui l’on vit). 6000 clichés ont déjà été réunis, et l’on peut encore participer jusqu’en mai en envoyant ses photographies préférées, datées, titrées et légendées. Sur les murs, une mosaïque colorée, à dominante de bleu : «Un bateau au bout de la rue… c’est vraiment ce que je ressens de cette ville. On peut entrer dans ce projet de différentes manières, sans hiérarchie. Il y a des aspects presque savants (le travail sur la série par exemple), et d’autres très familiers, comme le mur de couchers de soleil, ou le fait de pouvoir repérer l’endroit où l’on habite sur une immense fresque urbaine.»

En toute fin de parcours, 5 plasticiens ont étudié la photographie de famille jusqu’à en extraire le meilleur et le pire des liens du sang. C’est l’exposition Se/ce souvenir de la Galerie La Jetée, où se côtoient les destins factices de Sylvie Meunier, et les troublantes broderies rouges sur tirage sépia de Carolle Benitah. Voilà bien notre Méditerranée, dont la lumière est soulignée par la part d’ombre.

GAËLLE CLOAREC
Janvier 2013

L’Atelier du Large est gratuit et ouvert 7 jours sur 7 de 12h à 18h

1er épisode jusqu’au 18 mai, reprise le 11 octobre

J1, Marseille

04 91 88 25 13

www.mp2013.fr