La saison 2016-2017 de La Criée à Marseille

Pour tous, et avec tous et toutes !

La saison 2016-2017 de La Criée à Marseille - Zibeline

Le Centre dramatique de Marseille, bien planté en son lieu, confirme ses choix, et ouvre grand ses portes. Aux plus jeunes, à la musique, à la science, et à tous les théâtres !

La saison de La Criée a commencé avec la création maison, Trissotin, se poursuit avec Ostermeier puis avec Karamazov, une adaptation de Jean Bellorini dont la création fut éprouvante à Avignon, mais qu’« il a resserré : les spectateurs dans le confort de la salle pourront vraiment apprécier son aspect très visuel et ses beaux emportements », nous confie Macha Makeïeff. Celle-ci a défendu et programmé le jeune metteur en scène bien avant qu’il devienne le directeur de la scène de Saint Denis !

Des temps forts…

Sa programmation sait marquer des fidélités, mais également explorer de nouveaux univers. Ainsi on retrouve Benjamin Lazar qui cherche l’essence de Traviata de Verdi (pour orchestre ambulant), Alexandre Tharaud qui vient jouer les Variations Goldberg, Ribambelles et ses marionnettes, Angelin Preljocaj et sa Fresque… Fidèle également à ses partenaires, Macha Makeïeff accueille les Rencontres d’Averroès, la Biennale du cirque, les contes de la Baleine qui dit Vagues, le label classique Lyrinx qui fête ses trente ans, Marseille Concerts, l’Orchestre des jeunes de la Méditerranée, le Ballet National de Marseille, la Criée Tout Court qui reprend les courts-métrages de Clermont-Ferrand, la Folle Criée qui reprend les concerts de la Folle Journée de Nantes

Macha Makeïeff poursuivra également sa collaboration avec l’ethnologue Philippe Geslin autour des Âmes Offensées en s’attachant, après les Inuit et les Soussous guinéens, aux Guerriers Massaï. Des Invasions ponctueront la saison, temps précieux où des artistes envahissent le hall de leurs installations, et la scène de leurs spectacles : la première, Stéréoptik, sera confiée à Jean-Baptiste Maillet et Romain Bermond, et la seconde à Olivier Martin-Salvan.

… et des femmes

La directrice voulait également, depuis sa prise de fonction, pouvoir associer un artiste au théâtre. Ce sera Tiphaine Raffier : « Je crois beaucoup en elle. C’est une artiste qui écrit et met en scène, et a su se dégager de l’autofiction pour proposer pourtant un univers très personnel, autour de la ruralité et de la magie ». La volonté de programmer des femmes artistes s’affirme, durant Ribambelles, mais aussi en dehors du jeune public. Cécile Backès met en scène David Lescot, Rebecca Bournigault expose ses portraits, Tilde Björfors après l’époustouflant Knitting Peace explore les Limits circassiennes…

Et comme chaque année, la Criée produit également une compagnie régionale : cette année ce sera Demesten Titip de Christelle Harbonn qui, en écrivant un texte inspiré de la Conjuration des Imbéciles de John Kennedy Toole et de L’idiot de Dostoïevski, interroge la Gentillesse, et la naïveté.

Un nouveau partenariat avec l’Université d’Aix Marseille se concrétisera dans la journée campus, clôturée par un bal destiné aux étudiants. Les rencontres et les concerts conviviaux se succèdent, les mercredis voient déferler les enfants : la Criée s’ouvre à tous et à tous les arts « parce qu’il est impossible aujourd’hui que le théâtre ne regarde pas vers les arts voisins ». Confortée dans son financement par la Région et la Ville, Macha Makeïeff semble parvenue à proposer la saison qu’elle souhaitait, dans un théâtre qui a fait peau neuve. Loin des fermetures successives qui avaient marqué les dernières années !

AGNÈS FRESCHEL
Septembre 2016

Photo : Dans le nom, Tiphaine Raffier -c- Simon Gosselin


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/