5e édition du festival Phare, du 28 au 30 juillet au Théâtre antique, Arles

Plein Phare sur l’écranVu par Zibeline

• 28 juillet 2020⇒30 juillet 2020 •
5e édition du festival Phare, du 28 au 30 juillet au Théâtre antique, Arles - Zibeline

Quel plaisir de découvrir la programmation de la 5e édition de Phare ! Avec sa sélection de courts-métrages inédits de jeunes réalisateurs du monde entier (une trentaine) présentés en compétition internationale et nationale, le festival de courts-métrages arlésien offre une vision majeure sur ce format qui, ces dernières années, commence peu à peu à occuper la place qui lui est due.

Dans le magnifique Théâtre Antique, la comédie musicale, thème choisi pour cette année, résonnera de tous ses feux. Pas d’enfermement dans une catégorie, la liste des films en témoigne : musique, chant, danse, documentaire, fiction, tout se conjugue dans une déclinaison d’interprétations variées. Make it soul, de Jean-Charles Mbotti Malolo (2018), sélectionné aux Césars 2019, raconte en animations flamboyantes de couleurs un concert mythique entre les deux légendes James Brown et Solomon Burke. Jean-Gabriel Périot sort de son corpus archivistique pour filmer un groupe de femmes en répétition d’une chorale ; résister et sortir de l’isolement en musique (De la joie dans ce combat, 2018). Autre ambiance, la fiction expérimentale de Tiphaine Raffier : trois amies d’enfance décident de participer à un concours de sosies en s’appropriant un titre du groupe ABBA ; un conte de fées grinçant (La Chanson, 2018).

La Nuit de l’animation propose la projections de 5 films de fin d’étude de l’école MOPA. Avec une ciné-causerie (conférence de Robert Pujade, sur « Les scènes animées dans les prises de vue réelles ») et une table ronde animée par Olivier Giordana, directeur du festival.

En ces temps où chacun réfléchit au « monde d’après », une carte blanche est proposée au FIDMarseille (lire aussi p 30 et 31) autour d’un « Appel à la nature ». Avec une ciné-causerie proposée par le photographe Lionel Roux, réalisateur du documentaire Les Berges du futur.

Le Phare s’éteindra sur un ciné-concert du film Le Petit fugitif de Raymond Abrashkin, Ruth Orkin et Morris Engel (1953), qui a inspiré Les 400 coups à Truffaut. Au son : la musique du pianiste et musicien électronique Nicolas Cante.

ANNA ZISMAN
Juillet 2020

Festival Phare
28 au 30 juillet
Théâtre antique, Arles
festival-phare.fr

Photo : La Chanson de Tiphaine Raffier © Année Zéro