Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La sélection TV de Zibeline Hebdo n°6

Petit écran

• 27 octobre 2018⇒3 novembre 2018, 16 novembre 2018 •
La sélection TV de Zibeline Hebdo n°6 - Zibeline

Les films à ne pas louper cette semaine :
Kirikou et la sorcière, de Michel Ocelot, dimanche à 21h, 6Ter
Les voleurs, d’André Téchiné, lundi à 20h55, Arte
45 ans, d’Andrew Haigh, mercredi à 20h55, Arte
Starsky et Hutch, de Todd Phillips, jeudi à 20h50, Paris Première
La colline a des yeux, de Wes Craven, jeudi à 23h50, Arte
La Famille Addams, de Barry Sonnenfeld, jeudi à 21h, 6Ter

 

Pomme et Oignon, tous les jours à 19h45, Cartoon Network
En cette semaine de vacances de la Toussaint, Cartoon Network propose un nouveau programme pour les enfants de 6 à 12 ans. L’originalité de cette série d’animation, c’est son casting de doubleurs : les rappeurs toulousains Bigflo et Oli, l’humoriste Kyan Khojandi, créateur de la série Bref sur Canal+, ou encore le vidéaste Seb La Frite prêtent leurs voix aux héros. Ton décalé et irrévérencieux à prévoir pour ce dessin animé, dont le graphisme volontairement minimaliste, dans la veine de l’auteure de BD Anouk Ricard, sert les pérégrinations de Pomme et Oignon, deux amis exilés de leur campagne natale pour découvrir les lumières de la ville. Pour son lancement, la série sera diffusée dans son intégralité (10 épisodes de 11 minutes) le 20 octobre dès 17h30, puis à un rythme quotidien dès le lendemain.

 

Les étonnantes vertus de la méditation, samedi à 23h30, Arte
Méditation et médecine allopathique, les deux faces d’une même pièce ? Le document de Benoît Laborde étudie l’engouement actuel pour la méditation, utilisée dans le soin comme la prévention de nombreuses pathologies. On y suit notamment le protocole thérapeutique mis en place depuis 2004 à l’hôpital parisien de Sainte-Anne, pour prévenir dépression chronique et anxiété. Car les études cliniques conduites en Europe et en Amérique du nord convergent : une pratique régulière aide à prévenir le risque de rechute d’épisode dépressif majeur, de manière aussi efficace qu’un suivi médicamenteux. De Paris à Boston, en passant par Worcester, le documentaire décrypte les vertus méditatives sur l’organisme : combattre la surproduction de cortisol engendrée par le stress, se reconnecter avec certaines parties de son corps maltraitées par la maladie, mais aussi réduire la projection mentale qui amplifie la douleur. Un diplôme de méditation et neurosciences est d’ailleurs désormais délivré par l’Université Française, qui s’ouvre peu à peu sur les « portes de la pharmacie intérieure » que recèle notre propre organisme.

 

Les réfugiés de Saint-Jouin, mardi à 21h45, Arte
« Un vent de colère, un souffle d’espoir… ». C’est jour de dépouillement des urnes dans la petite bourgade de Saint-Jouin, en Normandie. Les bulletins pour le candidat FN aux élections régionales alternent avec celui du Front de Gauche. Le contexte est particulier en cette année 2015 : le maire François Auber s’est positionné en faveur de l’accueil d’une famille de réfugiés syriens, et la bourgade en est bouleversée. Au jour le jour, la documentariste Ariane Doublet suit les étapes clés : le conseil municipal, les premières résistances relayées par l’émissaire de la police rurale, mais aussi la ferveur qui s’empare des habitants dans l’accomplissement de ce projet commun, sans cesse repoussé par les lenteurs administratives. Sur le mode d’un Strip-Tease bienveillant – saynètes captées, sans commentaire superflu -, l’émouvante chronique relate le lent apprivoisement réciproque à l’œuvre, avec son lot de préjugés qui tombent au fil des jours. « Tu sais nager ? » « Bien sûr, on avait une grande maison en Syrie, avec une piscine dans le jardin ! ».

 

Réseau d’enquêtes, réchauffement climatique : la France déjà touchée, mardi après Soir 3, France 3
Les prévisions ne cessent de s’affiner, et les chiffres sont vertigineux : en 2050, il devrait faire 40° en été à Paris et dans l’Est de la France, et 50° à Toulouse ou Bordeaux. Pénurie d’eau douce, disparition de 40% des espèces vivantes d’ici 100 ans… La résistance s’organise, et France 3 prend le parti d’aller rencontrer les citoyens qui s’engagent au quotidien contre l’inéluctabilité du phénomène. Le journaliste Charles-Henry Boudet parcourt la Nouvelle-Aquitaine, la Bretagne, les Alpes et l’Occitanie, à la rencontre de corps de métier variés : Olivier Laffitte, directeur d’un restaurant ; Benoit Bartherotte, propriétaire à la pointe du Cap Ferret ; Renaud Lagrave, spécialiste des questions d’érosion du littoral ; Daniel Compagnon, scientifique ; Xavier Leibar, architecte ; Arnaud Delaherche, œnologue.

 

Place aux jeunes, des beatniks aux punks, mardi à 01h30, France 2
À l’hommage compassé à Hallyday du début de soirée sur France 2, on préfèrera la rediffusion de cet excellent documentaire de Patrick Barbéris. Sa force réside dans son montage, exclusivement à base d’images d’archives des années 60. Deux visions du monde s’opposent alors : la France des congés payés, et celle des jeunes rêvant de modes de vie alternatifs et d’horizons plus lointains. Radio et télé ouvrent un ailleurs pour ces enfants du Baby-Boom, qui représentent 1/3 de la population. De façon sensible, s’esquisse le portrait de ceux que l’on nomme alors les beatniks, en prenant le temps de sonder leurs réelles motivations. Quelques séquences savoureuses : le « portrait robot du hippie » dans Dim Dam Dom, l’hommage rendu par Michel Sardou à ces « troubadours du siècle de l’atome »… Une poésie certaine se dégage de cette plongée dans une époque révolue, qui connut l’émergence des villes nouvelles et des centres commerciaux censés remplacer les places de village. Dense en informations, le documentaire ne perd pas pour autant son fil conducteur : retracer l’évolution du mouvement, sa lente récupération par les médias et l’industrie de la musique, et l’émergence du tourisme de masse.

 

La Gaule d’Antoine, mercredi 24/10 à 21h, Canal+
Après avoir parcouru les mégapoles de la planète, l’infatigable Antoine de Caunes poursuit son tour de France, à la recherche des particularismes régionaux. Le premier épisode de cette saison se situe en région PACA, pour notamment un tour en Camargue, une recette de salade niçoise et un suivi du championnat de boules carrées, aux côtés du rappeur Akhenaton, et de Monsieur Poulpe mixant sur les plages.

 

Nous gens de la terre : Cilaos, au nom de la Terre, jeudi à 20h55, France Ô
La série Nous, gens de la terre s’intéresse aux Ultra-Marins, agriculteurs ou éleveurs, et aux nouveaux défis qui leur sont posés : autosuffisance du territoire, diversification des cultures, adaptation aux changements climatiques et aux règlementations européennes, contribution à une agriculture plus durable… Réalisé par Claire Perdrix, ce premier volet des neuf documentaires à venir s’intéresse au cirque de Cilaos, sur l’Île de la Réunion. Une seule route, agrémentée de 400 virages, relie le cirque au littoral. On y plante des lentilles à la main sur terrains escarpés, à 1 200 m d’altitude. La parole est donnée aux hommes et femmes qui font vivre ces territoires isolés.

 

Envoyé spécial, jeudi à 21h, France 2
Un temps réservés aux élites qui se destinaient à en faire profession, les concours d’éloquence se démocratisent, comme le montrait le film À voix haute, sorti en salles au printemps 2017. Les beaux parleurs, reportage d’Olivier et Armelle Pighetti et Miranda Auzilhon, suit le parcours d’une poignée d’enfants, âgés d’une dizaine d’années, dans leur préparation à un tel défi. Issus de deux classes, toutes deux situées en région parisienne, l’une dans le village de Vauhallan, l’autre dans une zone d’éducation prioritaire aux Ulis, les élèves sont entraînés par Romain Décharne, un jeune professeur d’art oratoire qui tente de leur fournir les armes pour maîtriser la parole.

 

Vie scolaire, jeudi à 20h30, LCP
En infiltrant à pas feutrés le bureau d’une Conseillère Principale d’Éducation d’un collège du 12e arrondissement de Paris, Clélia Schaeffer se fait presque Raymond Depardon. À échelle des élèves, la caméra capte les visages en gros plans, qui égrainent les tourments du quotidien : petits chagrins et grandes rancœurs, quête d’identité et incertitudes face à l’avenir, harcèlement et racket, mais aussi vertus comparées du jean Slim et de la pâte à prout… Dans ce huis clos, la CPE se doit d’écouter et de cadrer, en cherchant toujours à comprendre. Le programme se poursuit par un débat en plateau animé par Jean-Pierre Gratien, questionnant la place du CPE, son rôle de médiateur pouvant peser sur l’intégration au groupe et l’estime de soi, et l’importance d’apprendre aux adolescents à mettre des mots sur leurs émotions pour les canaliser.

JULIE BORDENAVE
Octobre 2018