La 31e édition du Festival d’Automne de Gardanne, du 18 au 27 octobre

Pellicules d’automne

• 18 octobre 2019⇒27 octobre 2019 •
La 31e édition du Festival d’Automne de Gardanne, du 18 au 27 octobre - Zibeline

Le Festival d’Automne de Gardanne fête sa 31e édition avec cinquante-deux films à l’affiche dont dix-huit avant-premières. Anaïs Rinaldi en est la nouvelle programmatrice.

Zibeline : Comment êtes-vous devenue la programmatrice du festival de Gardanne ?

Anaïs Rinaldi : Les Rencontres d’automne est un festival repéré depuis très longtemps, j’en ai toujours entendu parler ! Quand l’occasion s’est présentée j’ai tout de suite eu envie de tenter ma chance et j’ai rencontré l’équipe qui gère le cinéma, l’association Gardanne Action Cinéma. Nos envies pour ce festival étaient les mêmes et on s’est vite mis au travail ensemble.

Comment avez-vous construit la programmation de cette édition ?

Je crois que la programmation c’est un équilibre constant entre faire découvrir au public des films qui nous ont touchés et que l’on a envie de partager et faire plaisir au spectateur en lui donnant à voir des films qu’il attend ou qu’il a très envie de voir… On a beaucoup d’avant-premières de films dont on sait déjà qu’ils vont marquer l’année cinématographique, je pense notamment à Hors normes d’Éric Toledano et Olivier Nakache et Les Misérables de Ladj Ly, de films de cinéastes reconnus dont on a toujours envie de voir le prochain film, Gloria Mundi de Guédiguian et La cordillère des songes de Patricio Guzman. Et puis on a une sélection de films qui ne sont pas repérés mais qui sont des pépites qui remuent et restent en nous très longtemps… c’est le cas du film Le mariage de Verida de Michela Occhipinti par exemple. C’est alors à nous, programmateurs, de promouvoir ces films pour donner envie au public de les découvrir. En réalité la programmation c’est vraiment une envie de montrer des films que l’on aime et dont on a envie que les gens sortent en ayant vécu les mêmes émotions que nous.

La seule chose que j’ai gardé en tête tout le temps c’est le jeune public, ce sont les spectateurs de demain… Nous avons des programmes dès trois ans, des films en avant-première également et puis nous avons pour les jeunes adultes du Jury Jeune une belle sélection de films ! Il me tarde de les rencontrer et d’avoir leurs avis sur ces films que j’avais particulièrement envie de leur montrer.

Peu d’invités, mais de choix. Votre invité d’honneur, Patricio Guzman, est un documentariste. Pourquoi avez-vous eu envie de mettre en avant cette forme de cinéma ? Par sa faculté à rendre compte du monde ?

Il ne s’agit pas de mettre en avant un genre cinématographique mais bien un cinéaste. Qu’un film soit une comédie, un thriller ou un documentaire importe peu en réalité. Ce qui compte c’est ce que le film provoque en nous. Patricio Guzman est un grand cinéaste qui a marqué l’histoire du cinéma et qui boucle avec La Cordillère des songes une trilogie unique, commencée il y a une dizaine d’années ! C’est un événement en soi. Cela fait plus de quarante ans qu’il explore le Chili et nous transmet ses connaissances et ses émotions sur un pays dont il a dû s’exiler… C’est une réflexion politique très documentée et, en même temps, c’est un film très personnel. L’occasion de le recevoir s’est présentée et c’est devenu une évidence : c’était lui que nous mettrions à l’honneur. C’était aussi l’occasion de diffuser à nouveau ses deux films précédents, Nostalgie de la lumière et Le bouton de nacre. Ainsi, l’Amérique Latine sera notre fil rouge cette année. Voilà comment s’est établie la programmation : autour de la venue de ce grand cinéaste !

PROPOS RECUEILLIS PAR MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2019

Au programme

Treize films illustreront le cinéma latino-américain, parmi lesquels, pour la soirée Brésil du 26 octobre, La vie invisible d’Euridice Gusmao de Karim Aïnouz, Prix Un Certain Regard au Festival de Cannes, et Bacurau de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles, Prix du jury au Festival de Cannes.

Autre soirée à thème, la soirée italienne avec au programme deux films « culte » avec Marcello Mastroianni : Les camarades, de Mario Monicelli, où il côtoie Renato Salvatori et Bernard Blier, et Le Bel Antonio de Mauro Bolognini, avec Claudia Cardinale et Pierre Brasseur, entre autres.

Quatre rencontres avec cinéastes, réalisateurs et acteurs rythmeront ces journées qui convoquent et analysent le monde : Le char et l’olivier, une autre histoire de la Palestine de Roland Nurier en sa présence ; Gloria Mundi de Robert Guédiguian dont nous parlera l’un de ses acteurs, Gérard Meylan ; Revenir de Jessica Palud en sa présence ; La dernière vie de Simon de Léo Karmann, que l’on rencontrera ainsi que Sabrina B. Karine.

Seront attribués deux prix, remis lors de la cérémonie de clôture : le prix Régine Juin Jury Jeune (formé de sept gardannais de 16 à 25 ans) et le Prix du Public pour lequel tous les spectateurs votent parmi les films proposés en avant-première…

Festival d’automne de Gardanne
18 au 27 octobre
Cinéma 3 Casino, Gardanne
cinema3casino.fr

Photographies :
La cordillère des songes, Patricio Guzman © Pyramide Distribution
Le Mariage de Verida, de Michela Occhipinti © Films Boutique


Cinéma 3 Casino
11 Cours Forbin
13120 Gardanne
04 42 51 44 93
http://www.cinema-gardanne.com