« Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! », thème de la 37e édition des Journées européennes du patrimoine

Patrimoine pour tousVu par Zibeline

• 19 septembre 2020⇒20 septembre 2020 •
« Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! », thème de la 37e édition des Journées européennes du patrimoine - Zibeline

La 37e édition des Journées européennes du patrimoine déploie la palette de ses découvertes dont les orientations sont déterminées par le thème « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! ». Cette inscription ferme d’une volonté de transmission, de dévoilement, de préservation, souligne la nécessité de l’appropriation des connaissances, de leur compréhension, dans la construction de tout être. En « avant-goût » aux 19 et 20 septembre, la journée du 18 septembre sera dédiée aux élèves de la maternelle au lycée, portant en exergue l’injonction « Levez les yeux ! » (de vos livres, de vos tablettes, de vos mobiles, et regardez !).

Malgré la crise sanitaire, les contraintes qui lui sont liées, les peurs, les difficultés accrues d’organisation, la région regorge de propositions. Les portes s’ouvrent sur les lieux institutionnels, les musées, les édifices religieux, les châteaux, les jardins, les sites rappelant la mémoire ouvrière, et la plupart des visites sont accompagnées de guidages soigneusement concoctés par les intervenants : spécialistes, performances artistiques, formes ambulatoires, parcours, concerts… De nouvelles résonnances pour les voûtes qui les accueillent. Le patrimoine matériel ne fait pas oublier l’immatériel, les gestes des métiers, les coutumes, les sciences. La nature prend une place augmentée dans ces divers cheminements, et chacun est amené à comprendre et réfléchir sur l’impact des activités humaines sur son environnement.

La terre et les enjeux de la biodiversité

« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants » écrivait dans Terre des hommes Antoine de Saint-Exupéry. Planet Ocean, l’aquarium de Montpellier, s’empare du principe et, en neuf escales autour des habitats naturels de notre « orange bleue », nous donne à découvrir un héritage naturel parfois insoupçonné, tandis que Biosphera, centre d’interprétation des vallées cévenoles, et la Maison de la biosphère des Cévennes (à Cendrars) nous donnent des clés pour penser la biodiversité et la préserver. La ville d’Aix-en-Provence, forte de son nouveau label « éco-jardin », infléchit le thème européen initial en « Nature et architecture », multiplie les promenades dans les jardins, expose la variété des décors floraux des murs intérieurs… À Colognac, on partira pour une « rando-croquis » qui permettra d’observer l’empreinte de l’activité humaine sur les paysages, et à Gap, l’exposition « Rencontre et échange autour de l’herbier d’oiseaux » (initialement attribué au botaniste haut-alpin Dominique Chaix) rassemble une soixantaine de spécimens d’oiseaux, témoignage unique de l’histoire des sciences et des techniques, et l’un des « joyaux mondiaux du bio patrimoine » , alerte sur la disparition d’espèces de la gent ailée… Montpellier nous conviera au Jardin de la Reine, le plus ancien jardin botanique de France et l’un des premiers européens.

Plongées dans l’histoire

Les musées, les archives, incitent à relire les pages de la grande Histoire, et chacun s’ingénie à exhumer de ses réserves ses trésors. Comment les citer tous ! Le musée Auguste Jacquet de Beaucaire, le musée de la Marine de Toulon, le musée du vieux Montpellier, niché dans l’ancien Hôtel de Varennes (XVIIIème), les Archives municipales d’Avignon, de Brignoles, de Draguignan, de Nîmes… Partout les lieux s’ouvrent, proposent des jeux de piste, des chasses aux trésors, des énigmes, des ateliers, activités qui aiguisent la soif d’apprendre et de comprendre, mêlées au plaisir ludique. L’on s’approprie les faits en les enseignant, des balades historiques urbaines guidées par les habitants montrent les lieux historiques et la transformation urbaine de l’Ecoquartier des Hauts de Mazargues La Cayolle (Marseille). La Bastide Marin de La Ciotat (Centre régional du matrimoine méditerranéen) offre son Colloque Tricentenaire 1720-2020 et ses « leçons de l’histoire », établissant des échos entre la grande peste du XVIIIème siècle et la pandémie de notre époque. L’épopée de la médecine s’expose à l’Hôtel Saint Côme à Montpellier, qui renfermait l’amphithéâtre où se pratiquait la dissection des corps au XVIIIème, non loin du musée de la Pharmacie qui entendra, (la musique est une excellente thérapie !) le Sanctus Remedium par l’Ensemble Baroque Arianna dirigé par Marie-Paule Nounou.

Des métiers

On retrouve les anciens métiers, les gestes antiques, voici la Savonnerie Fer à Cheval de Marseille, Les cueilleuses au Prieuré de Salagon : plantes comestibles ou guérisseuses se lovent dans les fabuleux anthotypes de Sabrina Martinez. Plus de secrets de construction grâce à Isabelle Arlery qui, avec maquettes et corde à treize nœuds, décrypte les techniques qui ont permis d’édifier la basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Le Mas des Tourelles (à côté de Beaucaire) reconstitue en archéologie expérimentale la manière de fabriquer le vin et ses divers arômes à l’époque de la Rome antique, depuis les vendanges au pressoir… À Saint-Jean-du-Gard, on entrera dans la légende des trains à vapeur au dépôt ferroviaire et son atelier. En complément, les sites métallifères de Rousson fourniront les matières premières, comme le rappelle aussi le Musée des Gueules Rouges de Tourves qui évoque le passé minier de la Provence qui était rouge aux temps de l’exploitation de l’alumine…

Et l’art partout !

Le village de Pourrières célèbre son poète « illuminé », Germain Nouveau. Fresques et tableaux de Guillaume Bottazzi viendront s’immiscer boulevard de la Corderie et au Prado à Marseille, mais aussi au cœur du quartier historique de Martigues ou à Mandelieu. L’art devient accessible à tous, et ajoute de nouvelles significations dans les lieux où il éclot. Les ateliers d’artistes, les centres chorégraphiques s’ouvrent, le Mamac de Nice décline des visites ludiques, à partager en famille, de ses collections. L’ensemble Café Zimmermann offre la finesse de son jeu à la Chapelle de la Consolation d’Aix-en-Provence, Silvacane et au Centre hospitalier Aix-Pertuis (CHIAP).

Renouer avec les bonheurs de visites, écouter les artistes, voir, toucher, découvrir… nous retissons les liens avec le monde, nos histoires, une manière de se sentir encore plus vivants, impliqués… Ainsi, réflexion et émerveillement se conjuguent lors de ces jours privilégiés. Pensez à réserver !

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2020

Journées européennes du Patrimoine
19 & 20 septembre
journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr

Lire aussi notre article consacré aux Journées du Matrimoine à Marseille et Aix en Provence.

Photographies :
Fresque de Guillaume Bottazzi © Guillaume Bottazzi, Fresque de 3,50 m par 2,50m, Musée du Prado
Musée du Vieux Montpellier © Ville de Montpellier