Angela Laurier revient au Théâtre d’Arles les 15 et 16 octobre pour y créer Artpiste

Paradis perdu

• 15 octobre 2015⇒16 octobre 2015 •
Angela Laurier revient au Théâtre d’Arles les 15 et 16 octobre pour y créer Artpiste - Zibeline

Après une première étape de travail en octobre 2014, Angela Laurier revient au Théâtre d’Arles les 15 et 16 octobre pour y créer Artpiste. Elle poursuit là le travail et la réflexion sur le thème de la transmission et du rapport maître/élève entamé sur sa pièce précédente, L’Angela bête. À la différence près qu’elle n’est plus le sujet central de la pièce, mais qu’elle met en scène et en lumière deux itinéraires opposés d’artistes qui ont dès l’enfance fait le choix de leurs disciplines artistiques et d’en faire leur métier. Sophie Béguier, harpiste virtuose, et Thomas Bodinier, acrobate, fildefériste et danseur croisent leurs histoires et leurs parcours, au son de la harpe qui s’avère être l’instrument déclencheur de cette aventure artistique. Durant 10 ans, Sophie Béguier l’a pratiquée comme un sacerdoce, sous les insultes et les humiliations de sa professeure, jusqu’au dégoût, et jusqu’à sa rencontre déterminante avec un maître d’aïkido et la pratique des arts martiaux qui l’aida à vaincre cet état de soumission. Sur le plateau, entre ombre et lumière, la harpe laisse deviner ses formes, fascinante et imposante, que la musicienne vient provoquer dans un corps à corps saisissant ; à côté, en retrait, Thomas Bodinier danse, écoute, puis se pose sur son fil (équipé de capteurs sonores) et, ses mouvements le faisant vibrer, crée des sons qui s’harmonisent avec les notes ténues de la harpe. De par sa présence il sera le contrepoint libre de la souffrance de S. Béguier, l’accompagnant dans le lent et délicat cheminement de la délivrance. L’instrument-torture deviendra instrument-plaisir, transformant de façon sidérante la musicienne en marionnette… libérée. En partant de l’histoire intime de chacun, la création d’Angela Laurier prend une dimension infiniment humaine pour nous faire écouter les soubresauts de leur être.

DOMINIQUE MARÇON
Octobre 2015

Artpiste est créé les 15 et 16 octobre au Théâtre d’Arles

Photo : -c- Cie Angela Laurier


Théâtre d’Arles
43 rue Jean Granaud
13200 Arles
04 90 52 51 55
www.theatre-arles.com