Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La scène nationale de Martigues en quête de formes nouvelles

Nouvelle donne aux Salins

• 3 octobre 2014, 7 octobre 2014 •
La scène nationale de Martigues en quête de formes nouvelles - Zibeline

À la tête de la scène nationale de Martigues depuis un an, Gilles Bouckaert y programme sa première saison. Et y imprime sa marque en la construisant autour de plusieurs temps forts comme autant de fils conducteurs : un cycle «Afrique» qui émaillera la saison de rendez-vous autour de la création africaine en danse ; Le Train bleu, projet artistique itinérant qui se déroulera au printemps dans les villes traversées par la ligne du TER qui passe de Martigues à Port-de-Bouc, d’Istres à Martigues et de Niolon à Marseille ; Art et industries, un cycle qui propose, à travers une expo d’arts numériques installée au Théâtre et sur certains sites industriels, un parcours ludique et festif qui se situe dans le prolongement de La Nuit industrielle créé pour Marseille Provence 2013.

Une saison placée sous le signe des formes nouvelles, qui fait la part belle à la danse et au théâtre. C’est en danse, justement, que se fera l’ouverture (si l’on excepte Julien Doré le 3 oct), avec la dernière création de Salia Sanou, figure de proue de la danse africaine contemporaine au Burkina, pour 3 danseurs et 5 lutteurs : Clameur des arènes (7 oct). Ce premier rendez-vous du cycle africain permettra aussi de découvrir la chorégraphie de Dorothée Munyaneza, survivante du génocide rwandais qui danse l’indicible dans Samedi détente ; la danse physique et énergique de Delavallet Bidiefono, empreinte de l’histoire dramatique du Congo dans Au-delà et Soirée Maquis ; la comédie musicale Via Sophiatown qui rend hommage au quartier de Johannesburg symbole de la lutte des artistes contre l’apartheid ; et My Brazza de Ronan Chéneau, mis en scène par David Bobee pour le danseur congolais Florent Mahoukou. On verra aussi la version féerique d’Angelin Preljocaj sur Blanche Neige, la Cie Espagnole Aracaladanza, la vision détournée et originale que les frères Ben Aïm ont des contes, du hip hop avec Mourad Merzouki, les pièces revisitées par Josette Baïz de grands chorégraphes…

En théâtre aussi beaucoup de propositions, de formes diverses : Dieudonné Niangouna raconte comment il est devenu homme de théâtre dans Le Kung-Fu, Nathalie Grauwin monte un Feydeau très peu joué, Le Bourgeon, le Chœur des femmes mêle sa parole collective dans Magnificat, Cyril teste met en scène et en images Joël Jouanneau, un dyptique monté par Robert Cantarella sur un texte de Christophe Honoré fait réfléchir à la violence faite aux femmes et celle faite par les femmes… et on verra aussi Les Chiens de Navarre, Béatrice Dalle dans Lucrèce Borgia… Les musiques sont là aussi, avec du jazz (Belmondo Family sextet, Samy Thiebault en quartet), des musiques actuelles (Soma, La Face cachée de la lune d’après Pink Floyd), du classique (Orchestre régional de Cannes) et une soirée lyrique.

Enfin, la petite salle du «Bout de la nuit» se transformera, en 2e partie de soirée, en club pour accueillir des formes plus cabaret ou concerts intimistes.

On regrettera que les artistes de la région ne trouvent plus à Martigues un lieu qui les accueillait, les associait et les coproduisait : cela manquera fortement dans le paysage régional, où les lieux de production n’existent quasiment plus…

DOMINIQUE MARÇON
Septembre 2014

Photo : Blanche-Neige,-Angelin-Preljocaj-c-JC-Carbonne


Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net