Le festival Tous dehors (enfin) ! revient à Gap, du 1er au 3 juin

Nature et culture

• 1 juin 2018⇒3 juin 2018 •
Le festival Tous dehors (enfin) ! revient à Gap, du 1er au 3 juin - Zibeline

Depuis 2013 il est un rendez-vous que l’on ne s’avise pas de rater dans les Hautes-Alpes : fêter l’arrivée des beaux jours lors du festival Tous dehors (enfin) ! Aussi le premier week-end de juin convergeront vers Gap les amateurs d’arts de rue de qualité, ravis de retrouver l’ambiance chaleureuse qui caractérise la manifestation, portée par l’équipe du Théâtre La Passerelle. L’an passé, malgré une pluie diluvienne survenue au mauvais moment, 21 000 spectateurs ont pu apprécier les spectacles. Croisons les doigts pour que cette année la météo soit favorable, car de belles découvertes attendent petits et grands.

Rêves éveillés

À commencer par une spectaculaire lune flottante de sept mètres de diamètre, conçue par un plasticien anglais, Luke Jerram, à partir d’images de la Nasa. Éclairée de l’intérieur, elle invite à la rêverie, comme si l’astre était descendu jusqu’à nous (tous les soirs, au parc de La Providence). En journée, il sera d’ailleurs possible d’entrer soi-même en apesanteur, sur un tapis volant, avec Le Manège du Contrevent de la Cie Grandet Douglas, installé sur les pelouses. Autre « féérie lumino-poétique », un champ de coquelicots géants qui s’éveillent à la tombée de la nuit, pour entrer en résonance avec les airs de trois musiciens (Collectif FredandCo, même lieu, les 1er et 2 juin).

Spectacles caustiques

Parmi les propositions plus « musclées » du festival (nos préférées), on ne saurait trop vous conseiller de courir voir La jurassienne de réparation, hilarante session de mécanique auto, une affaire de famille vraiment « en marge du commerce international ». Il faudra aussi découvrir le spectacle solo de Jean-Marc Royon et son personnage d’alcoolique gouailleur, pour mesurer sa performance à l’aune de celle de Christophe « Garniouze » Lafargue, venu en 2014 et inégalé depuis. Ainsi que Maure Aura de l’Association Des clous, de et avec Véronique Tuaillon. Clown ayant beaucoup fréquenté les hôpitaux, elle sait de quoi elle parle quand il s’agit de mener un ardent combat pour la vie.

Acrobaties

Comme toujours, les circassiens seront largement représentés à Gap. Fanny Soriano revient avec Silva, œuvre de danse-voltige inspirée par la nature préservée du Domaine de Charance. D’Espagne nous arrive un dompteur de mât, Joan Català. Les quatre équilibristes de La mondiale générale seront présents, avec leurs bastaings, lourds blocs de bois aux dimensions variables. Ainsi que l’équipe de Marcel et ses drôles de femmes, quatuor d’acrobates issu du Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne. Ou encore Monsieur O, qui régalera le jeune public avec sa maîtrise ludique du hula hoop.

Bien-sûr, on va regretter de ne pas revoir le superbe Slow Park, clou de l’édition 2017 avec ses escargots-acrobates (qui avaient adoré le temps pluvieux), mais il faut se faire une raison, et comprendre qu’il n’est pas possible de les inviter chaque année. Le reste de la programmation vaut tellement le détour qu’un caprice serait malvenu !

GAËLLE CLOAREC
Mai 2018

Tous dehors (enfin) !
1er au 3 juin
Gap, divers lieux

Photo : Silva, Fanny Soriano © Vincent Brière


Théâtre La Passerelle
137 boulevard Georges Pompidou
05000 Gap
04 92 52 52 52
http://www.theatre-la-passerelle.eu/