L'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo toujours sublime, même en ligne

Musiques en ligneVu par Zibeline

• 16 avril 2020⇒16 juillet 2020 •
L'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo toujours sublime, même en ligne - Zibeline

La fin de saison de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo (OPMC) est annulée, suite aux dernières consignes gouvernementales, concerts et Happy Hour Musical. Mais les musiciens ne se laissent pas abattre et continuent de partager sur Internet rendez-vous et projets.

OPMC à la maison

Les vidéos fleurissent dans la série « #opmcathome », où les musiciens des différents pupitres de l’Orchestre interprètent un extrait qui leur tient à cœur. Les super solistes offrent de sublimes passages, « lever de rideau » pour « Liza et son interprétation du Czardas de Monti », Federico dans « un superbe extrait de la Suite pour alto seul de Max Reger »… « Rien de mieux pour égayer votre journée ! » Quand il ne s’agit pas d’une formation plus ample qui, en « visio », propose à treize musiciens une géniale interprétation de la Muerte del Angel de Piazzolla. Chacun est chez soi et écoute les autres dans les casques, et peut ainsi jouer avec eux. Peu importe comment l’on est alors, ainsi le corniste joue sa partition tout en pédalant vaillamment sur son vélo d’intérieur. Vertus d’Internet et du confinement ! (avec modération on espère !).
À ne pas rater, la vidéo désopilante et talentueuse où le violoncelliste Thierry Amadi offre une Ouverture de Guillaume Tell déjantée et pourtant sublime. Après cela, lorsque l’Orchestre nous annonce une surprise en préparation, cela titille nos zygomatiques par avance !

Les génies isolés

Toujours, direz-vous, avec humour, mais il y en eut de vrais qui connurent des périodes solitaires ; Andrey Peyrègne nous les raconte dans une série intitulée Les Musiciens Isolés. Déjà à voir et écouter, La symphonie de Chostakovitch dans Leningrad assiégée, Mahler au cœur de la forêt, Wagner exilé par Louis II de Bavière

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2020

www.opmc.mc

Photographie : Thierry Amadi © X-D.R