Le CRAC et le MRAC prolongent leurs expositions et les offrent au fil du net

Mrac et Crac sur le netVu par Zibeline

• 1 mai 2020⇒20 septembre 2020 •
Le CRAC et le MRAC prolongent leurs expositions et les offrent au fil du net - Zibeline

Deux bonnes nouvelles pour deux lieux en Hérault : le Centre régional d’art contemporain de Sète (CRAC) et le Musée régional d’art contemporain de Sérignan (MRAC) prolongent chacun leurs expositions jusqu’en septembre, et proposent, en attendant, de rester en lien avec leur univers via Internet.

Au Crac, les deux commissaires invitées, Virginie Bobin et Victorine Grataloup, ont à peine eu le temps de terminer l’accrochage des œuvres (le vernissage a eu lieu le 6 mars), que les portes se sont fermées pour le confinement dix jours plus tard. Qalqalah est une exposition du type « exigeant » : la plupart des œuvres ne s’offrent pas directement à une compréhension spontanée, et il faut se laisser peu à peu contaminer par le sens implicite et sensible qu’elles diffusent. On peut pour cela se référer à la feuille de salle qui, comme un dictionnaire, traduit les cheminements des artistes présentés. Le passage d’un langage à l’autre, c’est justement la thématique abordée par les deux commissaires, qui cherchent à croiser et multiplier les mots et les alphabets, chacun porteurs d’enjeux politiques et artistiques. On y parle d’exil, de langages cryptés, de langue maternelle, d’invention de mots… Le tout principalement entre le français, l’anglais et l’arabe. À découvrir sur le site de l’exposition qalqalah.org : des notices sur tous les artistes et les œuvres présentés, avant la réouverture du lieu, où l’exposition sera en place jusqu’au 6 septembre.

Le Mrac, qui présente deux superbes expositions (dont la critique est à lire ici ) prolongées jusqu’au 20 septembre propose de s’immerger dans l’œuvre de deux artistes. Pierre Malphettes nous dévoile les secrets de la fabrication de deux de ses œuvres exposées dans La mesure du monde (voir ce lien puis celui-ci), et Abdelkader Benchamma nous ouvre les portes de son atelier, où on peut le découvrir en train d’élaborer une des peintures présentées dans son exposition monographique Fata Bromosa. Il est aussi possible d’assister à la conférence donnée par Sylvie Lagnier, docteure en histoire de l’art, à propos des deux expositions en cours (consulter ici).

Et avant que les petits ne reprennent le chemin de l’école, le musée propose des tutos créatifs en lien avec le travail d’artistes présentés au Mrac ; le dernier à expérimenter est « l’atelier lune de sel », en écho à la magnifique œuvre de Capucine Vandebrouck, NaCI (voir ici). Où il est à la fois question de chimie, d’art, et de temps qui passe…

ANNA ZISMAN
Mai 2020

Photographie : Abdelkader Benchamma, Fata Bromasa, vue de l’exposition au Mrac, Sérignan, 2019 ©  Aurélien Mole