Réouverture des Monuments nationaux : le programme en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Occitanie

Monuments avec vueVu par Zibeline

• 29 juin 2020⇒31 août 2020 •
Réouverture des Monuments nationaux : le programme en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Occitanie - Zibeline

Les Monuments nationaux ont réouvert avec une programmation culturelle réduite, mais des conditions de visite plus aérées : il faudra moins jouer des coudes !

Le 20 juin, dans les colonnes du Parisien, le président du Centre des Monuments Nationaux Philippe Bélaval constatait une panne du tourisme à Paris : « Depuis les réouvertures, il y a plus de monde dans les grands monuments de province, comme Le Mont-Saint-Michel, la cité de Carcassonne ou le château d’Azay-le-Rideau ». La fréquentation n’y a cependant pas retrouvé son régime de croisière, loin de là. Sylvie Nortier, chargée de développement, précise que 80% des ressources du CMN proviennent habituellement des visiteurs étrangers, qui ne sont pas encore revenus. « Notre budget est en berne. Nous avons reçu l’ordre de la direction générale de rapatrier le plus d’argent possible pour assurer les missions essentielles. » Quelles missions ? Mystère. Une chose est sûre, la programmation culturelle de cet été a été revue drastiquement à la baisse, même si tous les sites, hormis quelques-uns en travaux, ont réouvert en juin. L’accent est donc mis par Philippe Bélaval et ses équipes sur la valeur intrinsèque de ce patrimoine, dont la découverte peut être d’autant plus agréable sans hordes de touristes : « On peut les voir dans des conditions de visite que l’on ne retrouvera pas de sitôt ». Bien-sûr, les règles sanitaires et de distanciation physique restent en vigueur, les jauges et sens de circulation adaptés, et la réservation sera recommandée -voire indispensable, selon les lieux.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur

Pour ceux qui favoriseront un séjour au frais en prenant de l’altitude, la place forte de Mont-Dauphin (05) propose une exposition, Au naturel. Paysages agraires dans les Hautes-Alpes (en accès libre sur le mur d’enceinte de l’arsenal), mais aussi un escape game dans la poudrière, ou un parcours faune et flore tout début septembre (le monument, agréé par la Ligue de Protection des Oiseaux, abrite une belle biodiversité). Autre possibilité d’évasion : prendre le bateau sur le Vieux-Port de Marseille, à destination du Château d’If, même si le cabanon provençal et le sommet de la tour Saint-Christophe resteront fermés jusqu’à nouvel ordre. Il fera sans doute une température supportable sous les voûtes de l’Abbaye de Montmajour (13), qui reçoit une sculpture de la plasticienne Eva Jospin, cénotaphe en écho à la fameuse nécropole rupestre du site. Du 18 au 21 août, on pourra y entendre les Lectures en Arles proposées par l’association du Méjan, qui se clôturent traditionnellement par une Nuit de la poésie. Le site archéologique antique de Glanum (13) présente quant à lui l’avantage d’être à l’air libre, et même s’il fera chaud dans les Alpilles le paysage est somptueux. Aucun programme culturel spécifique n’y est prévu durant la saison estivale. Au monastère de Saorge (06), en revanche, sont maintenus quelques concerts (par exemple l’ensemble de musique baroque de Nice, le 6 août), ou bien, en partenariat avec le Parc national du Mercantour, des observations naturalistes comme la Nuit de la chauve-souris (le 14 août).

En Occitanie

Plus à l’ouest, il pourra être plaisant de faire étape au médiéval Fort-Saint-André (Villeneuve-Lez-Avignon, 30), qui présente le travail d’Éléna Salah, une jeune artiste invitée par le Frac Occitanie Montpellier. La résilience des lieux questionne l’empreinte humaine, et se décline simultanément à la Chartreuse et au Musée Pierre-de-Luxembourg, jusqu’au 18 octobre. Dans le Gard également, les tours et remparts d’Aigues-Mortes tendent leurs créneaux aux férus d’histoire des croisades (emporter un exemplaire du Saint-Louis de Jacques Le Goff lestera bien les bagages). Un circuit d’1,6 km avec une vue mémorable. Même si les visiteurs regretteront les concerts organisés habituellement par la ville, qui ont dû être annulés, ils pourront se consoler avec l’exposition d’architecture éphémère réalisée par les lauréats d’un concours pour jeunes bâtisseurs, étudiants ou fraîchement diplômés, sur la Place d’Armes. Celle de Joël Andrianomearisoa, artiste malgache, a des chances d’être reportée à l’année prochaine.

Notez enfin qu’un peu plus loin sur la gauche de la carte de France, l’itinéraire Patrimoine et art contemporain In Situ a maintenu sa 9e édition dans l’Aude, en Ariège et en Lozère, avec des installations éphémères dans, notamment, de très belles abbayes classées Monument historique (Fontfroide, cistercienne, accueillera des œuvres d’Ousmane Sow, et Lagrasse, bénédictine, celles de Nadia Naveau).

GAËLLE CLOAREC
Juin 2020

monuments-nationaux.fr

Photos : Site archéologique de Glanum / Tours et remparts d’Aigues-Mortes © Philippe Berthé – Centre des monuments nationaux