Le Festival Montpellier Danse, du 23 juin au 9 juillet

Montpellier danse les yeux grands ouverts

• 23 juin 2016⇒9 juillet 2016 •
Le Festival Montpellier Danse, du 23 juin au 9 juillet - Zibeline

Créations, projections, rencontres, leçons de danse en plein air… à Montpellier et sa métropole, chaque minute est un nouveau pas de danse, chaque espace est un espace en mouvement.

Deux axes de réflexion irriguent la 36e édition du Festival Montpellier Danse dirigée par Jean-Paul Montanari, également à la tête de l’Agora, cité internationale de la danse. Le premier interroge la notion d’héritage : que deviennent les compagnies après le décès de leur maître à danser ? Comment se réinventent-elles ? Le second questionne notre responsabilité et notre solidarité « face à la situation des artistes et de la création, sur les autres rives méditerranéennes ». Car le festival ne peut rester inerte suite aux événements qui secouent l’Europe et la Méditerranée. En guise de réponses, Montpellier Danse affûte son regard à travers une programmation plurielle et internationale, aiguise son stylo en invitant Marie-Christine Vernay et Isabelle Danto à converser avec les artistes sur le contexte de leur création et libère la parole lors d’une table ronde au titre éloquent, « Danser malgré tout. La création en résistance dans les pays du sud méditerranéen ». De quoi donner des émotions aux spectateurs, mais pas seulement : donner du sens.

Fidèles à Montpellier Danse, les artistes lui réservent leurs créations. Ainsi Nacera Belaza danse son solo Sur le fil, Christian Rizzo fait écho à la poésie de Ian Curtis dans Le syndrome Ian, Emanuel Gat, artiste associé au festival, renouvelle les règles du jeu dans Sunny en compagnie du compositeur et performeur live Awir Leon, Danya Hammoud crée en résidence Il y a longtemps que je n’ai pas été aussi calme, le Cullbergbaletten fondé par Deborah Hay en 1964 et dirigé aujourd’hui par Gabriel Smeets présente Figure a Sea. Mais aussi Lia Rodrigues, Hooman Sharifi, Salia Sanou, Robyn Orlin, Nabil Hemaïzia, Sharon Eyal et Gai Behar, Ali Moini, Pierre Rigal, Radhouane El Meddeb, Taoufiq Izeddiou… On participera à un mapping collectif à l’échelle de la ville : Espace^Espace de Dominique Cunin et Centon digital de Christophe Domino. On découvrira des formes (le patinage contemporain versus Le Patin libre, compagnie montréalaise habituée aux propositions glaciales telle Vertical influences) et des projets audacieux (Passion(s) de Florence Girardon qui invite huit artistes « à créer, chacun, une forme à partir de / contre / à côté de l’œuvre magistrale de Bach »). On s’ouvrira à l’Autre en compagnie de l’italien Jacopo Godani pour la première en France de The Primate Trilogy, de l’iranienne Sorour Darabi qui joue de sa langue, le farsi, pour jouer avec la nôtre dans Farci.e, du grec Dimitris Papaioannou doublement présent avec Still Life, à la croisée du théâtre et de la danse, et l’installation vidéo Inside, de la tunisienne Oumaima Manai et de l’iranien Ali Moini. Autant de visions et de pensées pour construire le monde d’aujourd’hui et de demain.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juin 2016

Montpellier Danse
23 juin au 9 juillet
08 00 60 07 40
www.montpellierdanse.com

Photo : OCD love, Sharon Eyal -c- Brocke