Montpellier Danse 40 Bis, du 19 septembre au 28 décembre

Montpellier Danse fait son festival d’automneVu par Zibeline

• 19 septembre 2020⇒28 décembre 2020 •
Montpellier Danse 40 Bis, du 19 septembre au 28 décembre - Zibeline

Jean-Paul Montanari est parvenu à reporter la quasi-totalité de la programmation du festival Montpellier Danse grâce aux lieux partenaires.

« 40, après tout, ce n’est que le numéro placé entre 39 et 41 ! », pondérait Jean-Paul Montanari, (faussement) modeste, pour évoquer la 40e édition du festival qu’il a fondé en 1981. Lors de l’annonce en mars du programme de Montpellier Danse, il ne s’agissait pourtant pas de bouder le plaisir de rappeler que l’aventure fut et demeure de taille, et la satisfaction de constater que la ville occupe toujours sa place de vigie dans le monde de la danse contemporaine. La programmation était pensée comme un florilège de pièces (reprises ou créations) qui convoque « un maximum d’amis qui ont apporté quelque chose à Montpellier ces 15 dernières années ». L’atmosphère était à l’inquiétude (« on est mort de trouille ! »), et les craintes se sont révélées fondées, avec tout ce qui a suivi. Mais le directeur de Montpellier Danse s’est accroché, il a remué, avec son équipe, si ce n’est ciel et terre, au moins toutes les instances et structures qui participent au festival et à la programmation de la saison. Et voilà qu’une nouvelle version de cette 40e édition, surnommée 40 Bis, est annoncée pour cet automne. Avec 70% des artistes prévus initialement, le « pari fou » est gagné : le festival retrouve sa place « du côté de la vie ». C’est grâce au maillage et à l’entraide entre les différents directeurs des théâtres de Montpellier que ce report est possible. Ainsi, s’intercalant dans les programmations de la saison 2020-21 (celle de Montpellier Danse, mais aussi celles de l’Opéra Comédie, de la Halle Tropisme, du théâtre des 13 vents et du Kiasma) le festival existera bel et bien cette année, avec une très large majorité de créations.

Complices

Hommage incontournable, en re-création, So Schnell 1990-2020 dernière et emblématique pièce de celui qui a, avec Montanari, amené la danse contemporaine à Montpellier, Dominique Bagouet. 30 ans après, Catherine Legrand, figure interprète de ses œuvres, la recrée avec 12 nouveaux danseurs, sans la scénographie ni les costumes d’origine, offrant au public d’aujourd’hui l’essence même de la chorégraphie (19 & 20 septembre). Autre figure « historique », Raimund Hoghe, qui cette année crée Moments of Young People, dérivée de sa première pièce (présentée à Montpellier en 2004) Young People Old Voices (21 & 22 septembre). Anne Teresa De Keersmaeker revient elle aussi en habituée avec The Goldberg Variations (13 au 15 octobre), nouvelle incursion dans la musique de Bach. La complice Robyn Orlin sera aussi là, avec une pièce au titre si long qu’il vaut mieux d’emblée évoquer son contenu : un hommage aux rickshaws zoulous de son enfance en Afrique du Sud, qui par leurs tenues exubérantes et leur agilité, lui semblaient être « des corps suspendus dans les airs » (18 & 19 octobre). Nadia Beugré questionnera le genre avec L’Homme Rare (23 & 24 octobre), Mathilde Monnier entérinera son retour à Montpellier avec une nouvelle version de son Défilé pour 27 chaussures conçu avec Olivier Saillard (3 au 5 octobre), et Arkadi Zaides poursuivra son passionnant travail, hybridation entre éléments chorégraphiques et réflexion politique appuyée sur des matériaux documentaires (NECROPOLIS, 1er au 3 novembre). Mourad Merzouki remplira le Corum (Folia 25 au 28 décembre), et Emanuel Gat présentera, en première mondiale, son LOVETRAIN2020, qu’il conçoit comme une « comédie musicale contemporaine », avec le groupe star des années 80 Tears for Fears. Les chiffres ronds, c’est quand même mieux quand on les fête !

ANNA ZISMAN
Juillet 2020

Montpellier Danse 40 Bis
19 septembre au 28 décembre
Divers lieux, Montpellier
0 800 600 740
montpellierdanse.com

Photo : Nadia Beugré © Antoine Tempé