Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Les Rencontres Cinématographiques de Cavaillon, riches en œuvres, mais au masculin

Masculin pluriel

• 21 septembre 2017⇒24 septembre 2017 •
Les Rencontres Cinématographiques de Cavaillon, riches en œuvres, mais au masculin - Zibeline

Du 21 au 24 septembre se tiendra la 14e édition des Rencontres Cinématographiques de Cavaillon, organisées par l’association Ciné Plein Soleil et animées par le critique Xavier Leherpeur. L’occasion de découvrir des films en avant-première et de rencontrer des invités après la projection des films qu’ils ont réalisés ou interprétés.

En ouverture et en avant-première, Le Sens de la fête du duo Éric Toledano et Olivier Nakache, comédie inspirée par leur propre expérience de petits boulots de serveurs dans les mariages. On y retrouve Jean-Pierre Bacri, Jean-Paul Rouve, Gilles Lellouche, Vincent Macaigne et le jazz d’Avishai Cohen.

Coups de projecteur

Le 22, c’est le réalisateur et acteur belge Lucas Belvaux qui est à l’honneur. Le public pourra échanger après chaque projection avec cet acteur qui a démarré sa carrière en 1981 dans Allons z’enfants d’Yves Boisset, et passé depuis derrière la caméra. En 2006, il joue l’un des rôles principaux de son sixième long-métrage, La Raison du plus faible, un polar humaniste, (à 21h) avec Éric Caravaca. On pourra voir aussi deux autres films, Rapt, (2009) inspiré par l’enlèvement du baron Empain avec Yvan Attal qu’il fait tourner aussi en 2012 dans 38 témoins, adapté du roman Est-ce ainsi que les femmes meurent ? de Didier Decoin.

Le lendemain est consacré à Éric Caravaca dont on verra en avant-première Carré 35 (16h), documentaire à la première personne, enquête entre France et Maghreb sur un secret de famille… C’est le film de François Dupeyron, C’est quoi la vie (13h20) qui le fait connaître : César du Meilleur espoir en 2000. Et en 2017, il incarne un professeur de philosophie dans L’Amant d’un jour de Philippe Garrel (10h30).

Puis ce sera un Dimanche en compagnie Bertrand Tavernier, dont on verra Le Juge et l’assassin (1976) qui met face à face Philippe Noiret et Michel Galabru, adapté d’un fait divers du XIXe siècle, et Ça commence aujourd’hui (1999) avec Philippe Torreton dans le rôle d’un directeur d’école qui ne lâche rien. Le public de Cavaillon pourra faire le Voyage à travers le cinéma français en suivant Tavernier qui présente des films, des cinéastes et compositeurs qui ont marqué sa vie : Becker, Renoir, Carné, Gabin, Kosma et tous les autres. Un documentaire qui va donner envie aux spectateurs de (re)voir les 94 films que cite ce cinéaste passionné et érudit.

Avant-premières

C’est toujours un plaisir de voir les films avant leur sortie en salles ! L’Ecole buissonnière, une histoire d’hommes, d’animaux, de nature… en Sologne, la terre natale de Nicolas Vanier. A nous de jouer, le documentaire d’Antoine Fromental où l’on suivra les projets d’un principal de collège pour lutter contre l’échec scolaire : la classe rugby et la classe théâtre. En présence du réalisateur et de Christian Comès, principal du collège Jean Macé.

Un seul film de femmes programmé : le haletant thriller féministe La Belle et la meute de Kaouther Ben Hania avec Mariam Al Ferjani, le 22 septembre à 18h40, en présence d’un représentant de Jour2Fête qui distribue le film. On ne peut pas dire que la parité soit respectée !

En clôture, le 24 à 21h, Au revoir là-haut, adaptation du roman de Pierre Lemaitre par Albert Dupontel qui joue aux cotés de Laurent Lafitte, Niels Arestrup et Emilie Dequenne.

A Cavaillon, 18 films dont 6 avant-premières, mais on peut se poser la question : où sont les femmes ?

ANNIE GAVA
Septembre 2017

21 au 24 septembre
Les Rencontres de Cavaillon se déroulent aux Cinémas La Cigale et Le Femina
rencontrescine-cavaillon

Photographie : Le Sens de la fête, de Éric Toledano et Olivier Nakache © Gaumont