Bertrand Gadenne : expositions vidéo en Arles

Maître goupilVu par Zibeline

Bertrand Gadenne : expositions vidéo en Arles - Zibeline

Bertrand Gadenne invente des fictions vidéographiées épurées en filmant des animaux hors de leur lieu de vie naturel. Huit clins d’yeux à teneur existentielle, à expérimenter dans plusieurs lieux arlésiens.

La Fontaine s’interrogeait sur la vie d’un lièvre en son gîte. Que faire si ce n’est y rêver ? Bertrand Gadenne s’interroge à sa manière avec le médium de la vidéo en faisant apparaitre un renard sur le mur au fond des cryptoportiques et un poisson rouge (démesuré) dans la cave de la galerie Archipel. L’un et l’autre tournent dans un enfermement qui ne se désigne pas. Ni cage ni bocal. Ça va ça vient. Amusant ? Inquiétantes paraboles existentielles ? Le poisson a l’air un peu couillon, le renard jamais menaçant ni perfide comme dans les fables. Il trottine, s’arrête, tourne la tête, semble s’interroger, puis disparaît pour resurgir d’un fond indéfini tantôt par la droite tantôt par la gauche, côté cour et côté jardin. Un théâtre désespérant ? Magnifique aussi lorsqu’avançant vers le visiteur, la masse de son corps semble grandir d’échelle, son pelage s’offre brièvement enrichi de la matière des pierres antiques dans lesquelles il semblait s’être confondu.

Au rez-de-chaussée de l’Atelier Archipel ne pas manquer une petite installation historique, car une des premières de l’artiste utilisant le support diapositive : un faisceau lumineux descend verticalement d’un appareil de projection sur le sol brut de la galerie/atelier sans autre artifice. Où et comment recueillir l’image ? Que montre-telle ? Demandez certains détails si vous êtes embarrassé, les images ne sont pas éternelles. À Arles, on fait tout à pied, impossible de manquer les huit installations proposées entre l’Atelier Archipel, Asphodèle, L’atelier cinq, La nouvelle chair (vitrines nocturnes jusqu’à minuit place Paul Doumer, 11 rue du quatre septembre, 15 rue de la liberté) et les cryptoportiques. Mutualiser les compétences et les moyens porte ses fruits et fait naître une très belle idée. Même si c’est sans son et dans le noir.

CLAUDE LORIN

Septembre 2012

 

Une nuit sous la terre

Bertrand Gadenne

jusqu’au 28 sept

divers lieux, Arles

www.atelierarchipelenarles.com

www.espacepourlart.com