Les Correspondances 2019, du 25 au 29 septembre à Manosque

Lire à Manosque

• 25 septembre 2019⇒29 septembre 2019 •
Les Correspondances 2019, du 25 au 29 septembre à Manosque - Zibeline

Depuis 20 ans les Correspondances mettent en véritable relation les auteurs et les lecteurs, transformant chaque rentrée littéraire en rencontres vivantes.

Il y a ceux qui lisent encore, et ceux qui écriront toujours. Ceux-là, devenus presque marginaux, partagent une pratique devenue rare, celle du bonheur des pages que l’on touche et qui tournent, celle surtout de la littérature.

Les Français lisent moins. Qui s’en étonnerait ? Qui ne voit, chaque jour, dans ces lieux où l’on lisait dans un jadis très peu lointain, trains, aéroports, salles d’attente, plages et parcs, terrasses ensoleillées, les humains s’assoir écouteurs vissés sur les oreilles face à leur écran mobile ?

La vente du livre s’effondre. Chaque année depuis 10 ans le nombre de livres vendu diminue, et plus encore la part de la littérature (22% aujourd’hui) et de la littérature contemporaine (12%, qui comprennent les best-sellers comme Marc Lévy et Guillaume Musso). Comme dans les pires de nos dystopies ou des autodafés de l’histoire, lire, de la littérature, est devenu un acte de résistance : il permet d’accéder au plaisir, subversif, que seule la littérature peut apporter. Ou le livre numérique, peu importe le support.

À Manosque on est entre amoureux de la littérature. Un entre-soi qui ne demanderait qu’à accueillir plus large, plus jeune, mais qui remplit néanmoins les salles et les places durant cinq jours. Peut-être parce que le pays de Giono, Alpes qu’on disait Basses ou Provence qu’il disait Haute, parvient à ralentir assez le temps, à dispenser suffisamment d’odeurs et de chaleur pour que nos sens, nos corps, s’arrachent au virtuel interactif pour céder à l’acte profondément sensuel de la lecture. Celui qui nous connecte avec un monde qui n’est pas un avatar mimétique, mais un univers symbolique qui invite notre esprit à des traversées imaginaires. Alors, après les rencontres, les lectures, les spectateurs font la queue à la table des livres, pour acheter le roman dont ils viennent d’entendre parler, et s’y replonger après, solitaire mais plus jamais seul.

Car en plus, à Manosque, les auteurs ont un corps, et les mots prennent vie : les auteurs de la rentrée littéraire, pas tous mais une bonne cinquantaine, sont là. Ceux que l’on retrouve, René Frégni, Olivier Adam, Arnaud Cathrine, Marie Darrieussecq, Olivia Rosenthal, les célèbres, Mazarine Pingeot ou Philippe Besson, ceux qui sont trop rares, comme Philippe Forest, et ceux que l’on découvre, Hélène Gaudy, Béata Umubyeyi Mairesse, ou Louis-Philippe Dalembert. L’une nous emmène vers la banquise qui fond, l’autre vers le Rwanda retrouvé 30 ans après l’exil, le troisième vers l’immigration clandestine des réfugiés perdus en mer.

Nos journées littéraires

Ces thèmes profondément contemporains prennent place dans des journées rythmées par des formats de rencontres différents : lecture, apéro, siestes littéraires, rencontres croisées entre deux écrivains et un modérateur -ceux de Manosque sont formidables-, rencontre autour d’un seul auteur. Le soir, des formes spectaculaires laissent place aux mots des écrivains devenus classiques, portés par des  comédiens exceptionnels.

Le 25 Jacques Bonnafé lira Dracula en musique , le 26 c’est Nicolas Bouchaud qui jouera les lettres de prison de Ahmed Altan, journaliste turc condamné à perpétuité ; le 27 Julie Depardieu et Michel Fau incarneront George Sand et Gustave Flaubert, qui s’écrivirent longtemps, pour parler littérature, féminisme, socialisme, et dispenser quelques horreurs sur le peuple puant et la Commune… ; et le 28 c’est Jean-Quentin Châtelain, lecteur hallucinant, qui nous plongera dans le Sacré Gueuleton de Jim Harrison.

Il y a aussi, pour les noctambules, les concerts littéraires du soir qui suivent les spectacles : Lescop qui chante Rimbaud, Emily Loizeau qui rencontre Philippe Jaenada… Et les Correspondances se clôtureront avec les Grands Entretiens, recréation théâtrale d’entretiens radiophoniques célèbres, ceux de Françoise Sagan et Romain Gary.

Quatre jours à Manosque pour faire le plein de livres, d’idées, de musique, de joies et de révélations, pour penser notre époque et construire des lendemains possibles.

AGNÈS FRESCHEL
Septembre 2019

 Les Correspondances
25 au 29 septembre
Manosque
04 92 75 67 83 correspondances-manosque.org

À noter

Les rencontres sont à entrée libre.

La billetterie des spectacles et concerts du soir est ouverte depuis le 19 août : correspondances-manosque.org/billetterie

Un off célèbre Giono, invite Bernard Plossu, un programme jeunesse fait connaître les Lettres de prison de Gramsci et Mandela, des ateliers d’illustration font entrer autrement dans les livres, des concours littéraires sont ouverts aux enfants et aux adolescents, le Begat Théâter propose des parcours littéraires, et les écritoires accueillent ceux qui pratiquent encore l’art de la correspondance et peuvent, grâce au mécénat de la Poste, envoyer leurs missives gratuitement durant tout le festival.

Retrouvez nos critiques des romans de Valentine Goby, Kaouther Adimi, Olivia Rosenthal, René Frégni et Patrick Deville, Bertrand Belin et Arnaud Cathrine, également présents à Manosque, sur journalzibeline.fr.

Photo : Les Correspondances de Manosque 2018, écritoire de Jean Lautrey -c- François-Xavier Emery