Châteauvallon ouvre son festival sous le signe de la musique et du jazz

L’été des retrouvaillesVu par Zibeline

• 25 juin 2021⇒31 juillet 2021 •
Châteauvallon ouvre son festival sous le signe de la musique et du jazz - Zibeline

Des Crépuscules et des Nocturnes pour vivre Châteauvallon autrement.

C’est avec l’envie de redonner vie à ses multiples scènes en plein air que Châteauvallon ouvre son festival sous le signe de la musique et du jazz, son ADN depuis toujours. Enzo Carniel & House of Echo donnent le ton avec un concert comme un rituel musical tissé autour de rythmes électro, de musique répétitive et de sons purs de la nature. Plus conventionnel dans sa forme, celui de Lisa Simone convoque la pop, le jazz et la soul pour un cocktail grave et sensuel, planent sur Jazz à Porquerolles qui fête ses 20 ans dans l’Amphithéâtre, en partenariat avec la Scène nationale (Les Musiques à Ouïr et Camille Bertault). Le mariage musique et voix s’illumine lorsqu’il s’agit de Marisa Bruni-Tedeschi et Marc André au piano ou de Fanny Ardant et le Secession Orchestra dirigé par Clément Mao-Takacs. Des voix encore, le temps d’un bivouac à l’occasion de « Partir en livre » organisé par le Centre national du livre, pour des lectures et des rencontres avec Tania de Montaigne, Charles Berling, Claire Chazal, Sophie Cattani et Antoine Oppenheim.

Les mots, l’imaginaire et… le théâtre en compagnie de l’auteur et poète sénégalais Felwine Sarr dont le texte foudroyant Traces-Discours aux nations africaines est mis en scène et joué par Etienne Minoungou. Théâtre encore avec la création de Deux amis écrit et mis en scène par Pascal Rambert pour deux artistes complices, Charles Berling et Stanislas Nordey ; et la présence de Simon Abkarian qui revisite librement le mythe antique des Atrides dans Electre des bas-fonds et offre une carte blanche aux Kathakali Girls. Sans oublier les mystérieuses boites In-Two d’Alexandra Tobelaim (Cie Tandaim) et ses récits confidentiels chuchotés au public. 

Quelques pas de danse seulement, chorégraphiés par Sébastien Ly qui fait de son lien avec un individu matière à créer De l’un à l’autre, et Jean-Claude Gallotta qui lance son trio à mains nues dans Climatic’Danse, sans cadre ni décor. À l’opposé de cette épure, 16 danseurs de l’IT Dansa de Barcelone déploient une onde d’énergie dans quatre pièces d’Akram Khan, Lorena Nogal, Sidi Larbi Cherkaoui et Alexander Ekman. 

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juin 2021



Les Noctambules

Le festival inaugure une formule destinée aux Noctambules : dès 19 heures et jusqu’à plus tard dans la nuit, ceux-ci pourront partager des moments privilégiés avec les artistes sur l’ensemble du site. Le premier coup d’envoi se déroulera le 2 juillet avec Thomas Quillardet (Cie 8 Avril) et son adaptation au théâtre du scénario d’Éric Rohmer L’Arbre, le maire et la médiathèque ; le solo Emprise du danseur et chorégraphe Maxime Cozic (Cie Felinea) repéré dans L’œil du cyclone à Klap Maison pour la danse dans le programme 8m3. Et, en bouquet final, le Collectif ildi ! eldi doublement présent avec le texte d’Olivia Rosenthal Ils ne sont pour rien dans mes larmes, et celui de Maylis de Kerangal, À ce stade de la nuit, mis en scène et en images avec le plasticien kurde Mahmood Peshawa. Deuxième nuit étoilée le 10 juillet pour entendre résonner la langue d’Aimé Césaire et son célèbre Cahier d’un retour au pays natal par Etienne Minoungou, celles de Dimitris Hatzis, Joseph Eliyia et Irène Bonnaud dans C’était samedi (spectacle en grec surtitré en français) avant de se laisser bercer par Jacques Bonnaffé et Luna Scolari déambulant dans un espace mis en mouvement et en lumière (Léviathan, Clémence Kazémi et Marco Giusti)…

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juin 2021

Festival d’été de Châteauvallon
25 juin au 31 juillet
Châteauvallon, Ollioules
04 94 22 02 02 chateauvallon-liberte.com

Photo : Electre des bas-fonds, de Simon Abkarian © Antoine Agoudjian