À défaut de débats en chair et en os, les invités des Rencontres d'Averroès se retrouvent en podcasts

Les voix d’Averroès

À défaut de débats en chair et en os, les invités des Rencontres d'Averroès se retrouvent en podcasts - Zibeline

Cette année, il a fallu faire le deuil des Rencontres d’Averroès, le rendez-vous initié par Thierry Fabre en 1994. La 27e édition, annulée pour cause de Covid, devait porter sur les villes des deux rives de la Méditerranée et leur devenir. Le thème, inspiré du titre d’un roman de l’écrivain grec  Stratís Tsírkas, Cités à la dérive, sera toutefois traité à travers une série de cinq podcasts.

Manière pour la structure organisatrice des Rencontres, Des livres comme des idées, de faire entendre malgré les circonstances la voix et le propos des invités privés du voyage à Marseille. Chaque vendredi, jusqu’au 5 février, l’équipe met en ligne un épisode d’une demi-heure à quarante minutes. Tous les intervenants sollicités, chercheurs, architectes, artistes, écrivains, ont répondu présent, depuis le Liban ou le Maroc, Istanbul, ou Palerme, pour alimenter un objet sonore disponible gratuitement sur le site des Rencontres et sur diverses plateformes d’écoute  (iTunes/Apple Podcasts, Spotify, Deezer, SoundCloud, YouTube).

Au programme

L’exercice n’a pas consisté à suivre le programme des quatre tables rondes initialement prévues, mais tire de nouveaux fils rouges dans le même esprit. Le premier opus, en ligne depuis le 8 janvier, invite à des Traversées urbaines en compagnie notamment de l’auteur de bandes-dessinées Benoît Peeters, du géographe Jean-François Pérouse, et de Katia Kameli, artiste et réalisatrice franco-algérienne. Une visite de cités très différentes les unes des autres, mais avec un point commun : un brassage de peuples, de langues et de modes de vie éminemment méditerranéen.

Le deuxième, Architectures à la dérive, s’intéresse plus particulièrement aux impasses politiques en matière d’urbanisme, avec l’intervention de plusieurs architectes, dont Pauline Marchetti et Salima Naji. Cette dernière, également docteure en anthropologie sociale, apporte un point de vue particulièrement intéressant sur les possibilités de « sortir des logiques globales et nocives, dont l’omniprésence actuelle du béton est l’expression la plus évidente ». Le troisième podcast, issu le 22 janvier, porte sur La forme d’une ville, et rassemble l’anthropologue Michel Peraldi*, l’écologue Wolfgang Cramer, ou encore l’ancien directeur de la revue Esprit, Olivier Mongin.

L’épisode suivant portera sur Les villes et leurs imaginaires, avec entre autres intervenants, trois historiens (Jean-Noël Castorio, Sylvie Denoix, Katell Berthelot). « De la Jérusalem biblique à la réinterprétation pop d’une certaine idée de la Rome antique, en passant par les textes de l’Égypte médiévale, la Méditerranée a vu éclore autant de fantasmes urbains que de guerres symboliques. Une mer sur laquelle tous les imaginaires dérivent ? » Le dernier reviendra sur La cité et le politique, un thème transversal que traiteront plusieurs des invités sollicités pour les autres émissions.

GAËLLE CLOAREC
Janvier 2021

* Voir sur la WebTV Zibeline son intervention au lycée Saint-Charles sur la ville de Marseille face à la mondialisation