Le programme culturel des 25e Rencontres d'Averroès

Les troubadours d’Averroès

• 15 novembre 2018⇒17 novembre 2018 •
Le programme culturel des 25e Rencontres d'Averroès - Zibeline

Création radiophonique, folk onirique et flamenco réinventé sont au programme des trois soirées des Rencontres d’Averroès 2018.

Au-delà de la mise en mouvement de la pensée et des idées, les Rencontres d’Averroès intègrent dans leur déroulement la dimension culturelle et artistique. Inévitablement en lien avec la Méditerranée, le plateau de cette 25e édition est des plus réjouissants.

Le jeudi 15, en amont des deux temps forts de cette programmation, les Rencontres réitèrent l’expérience Radio Live, déjà proposée en 2016, avec un spécial Marseille. Le concept est la création d’un spectacle vivant, qui se réinvente à chaque fois sur scène en mêlant prises de paroles, projections, musique et dessins réalisés en direct. En présence des journalistes radio Aurélie Charon et Caroline Gillet, de la dessinatrice Amélie Bonnin -toutes trois à l’origine du projet-, quatre jeunes interprètent leur propre rôle et racontent sans filets leurs histoires et leurs engagements. Auparavant, ils auront été sensibilisés à la thématique de l’égalité entre les sexes, au cours d’ateliers menés avec de jeunes Marseillais. L’invitée musicale est la chanteuse d’héritage kabyle, Yelli Yelli, que l’on retrouvera le lendemain pour un spectacle à deux voix inédit, imaginé pour les Rencontres, aux côtés de Piers Faccini.

I dreamed an island est le dernier album de cet auteur, compositeur, interprète, musicien, peintre et photographe, né de père italien et de mère anglaise. Il s’écoute comme on déplie un parchemin qui tracerait les contours d’une Méditerranée médiévale et imaginaire. Une odyssée au cours de laquelle le songwriter et guitariste recompose la polyphonie des soufis, une utopie composée de fables qui chantent ce que nous sommes, des femmes et des hommes d’Orient et d’Occident, les héritiers d’un Royaume riche et pacifié où musique et poésie embrassaient toutes les croyances. Quand Faccini rêve d’une île, celle-ci porte les traces d’une généalogie métissée, où arabe, hébreu, grec et langue d’oïl se nourrissaient. Lui en serait ce messager qui joue et chante en plusieurs langues, sur les vestiges d’un âge d’or qui demande à être réinventé. Avec Yelli Yelli, mais aussi Malik Ziad (guembri et mandole) et Simone Prattico (batterie, xylophone midi), ils expriment cette Méditerranée des deux rives et tressent des ballades folk sur des madrigaux mauresques, amoureux et guerriers.

La soirée du samedi propose un artiste d’exception, parmi ceux qui incarnent l’avant-garde du flamenco contemporain et qui le réinventent pour en faire une manière d’être au monde. Israel Galván, qui a bousculé Avignon en 2017 avec sa Fiesta, livre cette fois La Edad de Oro. Cet autre âge d’or, c’est celui du flamenco, que les spécialistes situent de la fin du XIXe siècle aux années 1930. Une pureté, une virtuosité et une grâce que le phénomène Galván revisite pour, en quelque sorte, mieux les ressusciter tant il maîtrise les codes et les gestes de cette danse séculaire. Accompagné par José Valencia au chant et Juan Requena à la guitare, le danseur chorégraphe mêle subtilement les époques, les styles et revient avec dépouillement à la source du flamenco, tout en s’ouvrant aux bruits et aux fracas du monde actuel. Écartant tout conservatisme, fuyant la nostalgie, sa quête des origines s’entend au contraire comme une recherche, une tentative d’atteindre la perfection en un point de tension qu’autorise la modernité et qui ne peut s’épanouir que dans la liberté. Dès qu’il se met en mouvement, son corps vêtu de noir devient langage, oscillant entre excès et rigueur, en dialogue permanent avec la musique, le chant, les silences et les suspensions. Regarder Israel Galván danser est une expérience intense qui convoque tous les sens et s’épanouit dans les mémoires.

LUDOVIC TOMAS
Novembre 2018

Le 15, Radio live spécial Marseille, à 19 h.
Le 16, I dreamed an island, concert de Piers Faccini et Yelli Yelli, à 20h30.
Le 17, La Edad de Oro, spectacle flamenco d’Israel Galván, à 21 h.
Les trois soirées ont lieu à La Criée, Marseille

Photo : Yelli Yelli c Alexandra Reghioua

Retrouvez sur ce lien l’entretien accordé à Zibeline par Thierry Fabre, fondateur des Rencontres d’Averroès, ainsi que nos entretiens radio et webTV.


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/