Spectacles vivants par auteurs vivants, le choix de la saison au Théâtre des Halles d'Avignon

Les Halles au présent

Spectacles vivants par auteurs vivants, le choix de la saison au Théâtre des Halles d'Avignon - Zibeline

Alain Timar, directeur du Théâtre des Halles à Avignon annonce et assume son choix dans son éditorial. Cette année sera résolument contemporaine, avec des auteurs « le plus souvent vivants ! ». Et vivant, en théâtre, cela semblerait vouloir dire risqué. Le fondateur de la Compagnie Alain Timar nous enjoint en effet à faire passer notre curiosité devant la raisonnabilité.

Osons donc un peu nous aventurer dans le programme de cette nouvelle saison. Cela commence avec Beckett, mis en scène par Alain Françon. Le Dépeupleur, incarné par Serge Merlin, comédien charismatique, inquiétant et fascinant personnage qui happe par son regard et la force des mots.

Autre co-réalisation avec le Théâtre des Déchargeurs à Paris, un texte de George Brant. Pauline Bayle est Clouée au sol. Sa vocation est pourtant de partir en guerre, c’est une pilote de l’US Air Force. Mais les temps ont changé, et c’est un drone qu’elle doit désormais piloter. La mort est pourtant bien toujours là, au bout du joystick.

Une somme d’auteurs a été convoquée dans une adaptation compilation d’Ana Abril : Joël Pommerat, Rodrigo Garcia, Jacques Rebotier… Tous se questionnent et s’indignent devant la brutalité de notre monde contemporain, phagocyté par un capitalisme débridé. Invisibles provisoires réunit danse, musique et théâtre.

Un grand souffle d’histoire et de passés croisés occupera le théâtre pour trois soirs en février : Justine Wojtyniak met en scène Notre classe de l’écrivain polonais Tadeusz Slobodzianek. Dix comédiens, dont un contrebassiste, rejouent l’histoire de la Pologne. Dix camarades de classe traversent le XXe siècle. Ils sont juifs ou catholiques, ils sont les acteurs d’une tragédie dont ils tiennent le premier rôle.

Un texte qui a reçu le prestigieux prix littéraire NIKE en Pologne (2010), et dont nous verrons à Avignon la première présentation française. Une confrontation avec le problème de la responsabilité, toute nouvelle et brûlante dans la Pologne d’aujourd’hui.

Alain Timar monte Bernard-Marie Koltès, Dans la solitude des champs de coton. Duo-duel, besoin-désir, une relation se noue par-delà la situation d’échange marchand entre un dealer et son client. Une binarité universelle, où les rôles s’échangent, et permettent à chacun de s’y retrouver.

Deux marionnettistes (Stéphane Chapoutot et Hugo Querouil) plongeront dans l’univers d’Anthony Burgess, avec une adaptation d’Orange mécanique, mise en scène par Georgios Karakantzas. Alex, devenu adulte, se mesure à son double : une marionnette, qui rejoue avec lui la violence du monde et de ses 14 ans. De quoi tenter l’expérience du contemporain.

ANNA ZISMAN
Octobre 2016

Les Halles, Avignon

Photo : Invisibles Provisoires © Delphine Michelangeli et Pierre Salvan


Théâtre des Halles
4 rue Noël Biret
84000 Avignon
04 90 85 52 57
http://www.theatredeshalles.com/