Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Le Sémaphore, un lieu culturel combatif à Port-de-Bouc

Les fidélités du Sémaphore

Le Sémaphore, un lieu culturel combatif à Port-de-Bouc - Zibeline

Pierre Grafféo, directeur du Sémaphore à Port-de-Bouc, est plus combatif que jamais, continuant à défendre un projet artistique cohérent dans ce «lieu de création et diffusion incontestable sur le plan régional». De fait, les compagnonnages se poursuivent avec des compagnies régionales qui seront accueillies en résidence, sur scène, et pour certaines dans certains lieux de la ville : le Dynamo Théâtre y créera Les Filles aux mains jaunes, histoire de ces femmes qui travaillaient dans les usines d’armement durant la Première Guerre ; la Cie Anima Théâtre créera elle Mijorées !, un projet qui rassemble 7 textes de 7 auteurs qui revisitent les contes classiques et explorent les figures féminines emblématiques ; la Cie Fraction reprendra La Peau dure, en appartement, et La Ronde de nuit d’après le roman de Patrick Modiano ; enfin, dernière grande résidence, celle des Cartoun Sardines, la compagnie s’installant dans la ville pour y initier des ateliers (du 5 janv au 13 fév), Les Petites utopies familiales, qui donneront lieu à un court métrage projeté au cinéma Le Méliès (5 fév), et jouer Nous autres au Théâtre.

La saison pourra aussi compter sur d’autres «locaux» : Philippe Caubère fait l’ouverture avec trois soirées ; la Cie Du jour au lendemain avec Le Mariage de Figaro que met en scène Agnès Régolo ; la Cie L’Egregore avec L’Échange mis en scène par Ivan Romeuf ; la Cie Gorgomar jouera son Journal de grosse patate ; le Théâtre Nono propose un Beckett, En attendant Godot, dans un esprit de cabaret et de music hall; sans oublier la très poétique évocation de souvenirs d’enfance du Vélo Théâtre avec La Grenouille au fond du puits croit que le ciel est rond.

En théâtre, on croisera aussi Philippe Torreton qui dit des textes d’Allain Leprest (3 oct), la Cie Qué Mas dans une pièce populaire d’Ödön von Horvath, Casimir et Caroline (qui sera créée au Gymnase), et dans une forme plus particulière, qui fait la part belle aux arts numériques, une adaptation de L’Homme qui rit de Victor Hugo par le Collectif 8. Et comme toujours de la (bonne) musique vous attend ! Du jazz, avec trois pointures : Tigran Hamasyan, Elisabeth Kontomanou et le Franck Avitabile trio.

DOMINIQUE MARçON
Septembre 2014

Photo : La-Ronde-de-nuit,-Cie-Fraction-c-Laurence-Fragnol


Théâtre le Sémaphore
Centre Culturel
rue Turenne
13110 Port-de-Bouc
04 42 06 39 09
www.theatre-semaphore