Les bleus des femmes

 - Zibeline

Rendez-vous incontournable de l’automne, les rencontres FFM pour leur 7ème édition s’annoncent en bleu. Le bleu derrière lequel la photographe portugaise Héléna Almeida, sujet d’un documentaire de la sélection, joue à cache-révélation sur affiches et flyers.

Dédiée au travail des femmes de cinéma, la manifestation jumelée aux festivals internationaux de Salé et de Salina, proposera à Marseille, puis hors les murs, de nombreux films inédits, des échanges avec des invitées, une carte blanche au festival du film des femmes de Créteil et 13 en courts, doté du convivial prix du public auquel s’ajoutera cette année un grand prix du jury présidé par Julie Gavras.

En ouverture, une avant-première très attendue: Héritage de et avec Hiam Abbas, long-métrage sur la violence d‘un conflit familial sur fond de guerre libano-israélienne dans lequel on retrouvera la plus internationale des actrices marseillaises, Herzi Hafsia. Film ancré dans le monde tel qu’il va comme le poignant Djeca d’Aïda Begic qui suit deux orphelins à Sarajevo dans le traumatisme durable d’une après-guerre sans joie. Guillaume Giovanetti et Çağla Zendirci, seront là pour parler de Noor, conte initiatique sans acteur professionnel, où le personnage principal, danseur pakistanais transgenre, joue son propre rôle.

Autre invitée, la réalisatrice turque Belma Bas pour le subtil Zéphyr, voyage dans les rêves et tourments d’une adolescente. A ne pas rater Querelle du disciple iranien de Kiarostami,  Morteza Farshbaf, dont le pitch seul semble un défi : un huis-clos à l’intérieur d’une voiture où dialoguent deux sourds-muets persuadés que leur neveu assis à l’arrière ne les comprend pas ! À voir ou à revoir, sourire aux lèvres Cherchez le garçon, la comédie made in Marseille de Dorothée Sebbag  (Zib 52), Pain, amour et fantaisie de Luigi Comencini (1953) où l’éruptive Gina Lollobrigida tourne la tête aux carabinieri et le tendre Io la mia famiglia e Woody Allen de Laura Hallevic. Le 1er oct, à la Maison de la Région, trois films et une table ronde sur le rôle des femmes en politique.

Le 3 oct, à l’Alhambra la semaine phocéenne s’achèvera sur des tragédies grecques: un documentaire implacable de Katerina Kitidis, Debtocracy suivi du mélodrame de Cacoyannis, Stella (1955) hommage  à la liberté féminine revendiquée jusqu’à la mort par Melina Mercouri.

Puis la manifestation partira dans plusieurs villes de la région… Un programme substantiel pour apprécier le talent multiple des femmes du 7ème art et s’interroger encore et toujours sur la place des autres dans le monde !

ÉLISE PADOVANI

Août 2012

 

Film Femmes Méditerrannée

du 25 sept au 3 oct

www.films-femmes-med.org