Le Château de l’Empéri reçoit le festival Théâtre Côté Cour 27e édition, à Salon début juillet

L’Empéri fait sa Cour

• 1 juillet 2016, 5 juillet 2016, 9 juillet 2016 •
Le Château de l’Empéri reçoit le festival Théâtre Côté Cour 27e édition, à Salon début juillet - Zibeline

Animé par une équipe de bénévoles passionnés, le festival salonnais Théâtre Côté Cour s’apprête à vivre sa 27e édition, dans la Cour Renaissance du Château de l’Empéri. La programmation, qui se veut toujours populaire et éclectique, a pour but de « donner à chacun, selon les mots de sa directrice Marie Lemarchand, toutes générations confondues, le plaisir de goûter aux joies du théâtre de plein air ».

Très régulièrement invitée, c’est la compagnie Le Grenier de Babouchka qui ouvre le festival avec un grand classique du répertoire, Cyrano de Bergerac. Jean-Philippe Daguerre met en scène ce drame d’amour et de sacrifice en y mêlant la musique qu’Edmond Rostand avait imaginé : se mêlant au jeu des comédiens, un violoniste virtuose -1er prix du Conservatoire national de Prague- souligne toute la puissance émotionnelle de Cyrano en y ajoutant un souffle romantique (le 1er juillet). Du théâtre musical encore, avec une compagnie que l’on connaît bien ici, L’Envolée Lyrique, dans une adaptation des Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach. Six chanteurs-comédiens et un pianiste entraînent le public dans un tourbillon fantasmagorique, virevoltants entre masques, danses de music-hall, combats et instruments d’orchestre, dans une mise en scène d’Henri de Vasselot (le 5 juillet). Le festival clôturera son édition (le 9 juillet) avec un beau moment de théâtre, en accueillant la première adaptation d’un grand roman de Georges Simenon, Le Chat, mis en scène par Didier Long. Plus fidèle au roman que le film inoubliable de Pierre Granier-Deferre, la pièce ancre les personnages, un couple de jeunes veufs campés par Myriam Boyer et Jean Benguigui, dans leurs solitudes nées d’un malentendu, entre raison et intérêt. Des flashbacks éclairent leur triste histoire, depuis la rencontre et ses espoirs illusoires jusqu’à la haine qui les attache l’un à l’autre plus encore que l’amour. Implacable et magnifique !

DOMINIQUE MARÇON
Mai 2016

Théâtre Côté Cour
1er, 5 & 9 juillet
Château de l’Empéri, Salon
04 90 56 00 82
www.theatre-cote-cour.fr

Photo : Cyrano c I. Henry, F. Rappeneau, S. Rey Coyrehourq