Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

16e édition du Festival Image de Ville à Aix, Marseille, Martigues, Port-de-Bouc

Le temps des Villes

• 15 novembre 2018⇒25 novembre 2018 •
16e édition du Festival Image de Ville à Aix, Marseille, Martigues, Port-de-Bouc - Zibeline

Du 15 au 25 novembre, à Aix, Marseille, Martigues, Port-de-Bouc, la 16e édition du Festival Image de Ville nous invite à des voyages qui n’ont rien de touristique. Une soixantaine de films, des rencontres avec plus de 30 réalisateurs-trices, professionnels du cinéma, architectes, urbanistes, historiens, pour emprunter en plans larges ou serrés des cheminements philosophiques, politiques, poétiques, intimes ou collectifs. Percevoir l’espace urbain comme le lieu « des saccades et de la durée » selon la définition du célèbre géographe Marcel Roncayolo, récemment disparu. Belle définition pour Beyrouth, qui ouvre la manifestation le 15 novembre au Conservatoire Darius Milhaud par Une chronique du temps incertain, dialogue entre l’architecte Marc Barani, auteur du Mausolée pour Rafic Hariri au cœur de la capitale du Liban et la plasticienne vidéaste Lamia Joreige. Carte blanche pour cette dernière, le 18 novembre, partagée avec Arnold Pasquier. Pour l’artiste libanaise, Beyrouth encore, et la mémoire de guerre, dans ses propres films comme Nights and days ou à travers ceux des autres comme Panoptic de sa compatriote Rana Eid. Pour le réalisateur français, l’expérience sensorielle des corps plongés dans d’autres villes. Rome (L’Italie), Palerme (Borobudur) Sao Paulo (Celui qui aime a raison).

Le 24 novembre à l’Amphithéâtre de La Verrière Marc Barani analysera son travail sur le pôle multimodal de Nice (Une horizontale qui se gagne) et son nouveau projet : le Tribunal de Grande Instance d’Aix. Il présentera également deux films, qui, chacun à leur manière, disent le rapport de l’art(iste) au monde : Andreï Roublev d’Andreï Tarkovski et La Sapienza de Eugène Green. Le 17, passionnant « Week-end à Alger » concocté par Elisabeth Leuvrey et Hassen Ferhani au Gyptis avec une sélection de 6 films traduisant le mal-être de la jeunesse d’Algérie mais aussi le talent de la nouvelle génération de ses cinéastes. Tout au long de ces 10 jours, les projections s’accompagneront de débats : la ville chinoise dans le cinéma (avec en avant-première An Elephant Sitting Still de Hu Bo). L’usage privé d’une architecture, à Tokyo (Nishinoyama House by Kazuyo Sejima de Christian Merlhiot) ou à la Cité Radieuse (Bonne maman et Le Corbusier de Marjolaine Normier). Le cinéma comme création et transmission selon Flavie Pinatel et Jean-François Comminges. Ou expérience du territoire nourri et/ou produit en Région à l’instar de Game Girls de Alina Skrzeszewska qui nous entraîne à Los Angeles. On parlera de la Ville au bord des effondrements avec Koyaanisqatsi, la prophétie de Godfrey Reggio, mise en forme de la frénésie humaine sur une partition de Philip Glass.

Comme toujours, des réalisateurs exposeront leurs projets en cours : Régis Sauder pour l’utopie urbaine de Cergy Pontoise, Emmanuel Adely et Christian Barani pour le Chandigarh de Pierre Jeanneret, et Natacha Samuel qui s’aventure du côté de l’Huveaune avec Eastern. Et bien sûr les deux ciné-concerts de cette édition signés Nicolas Cante, qui revisite ses classiques les 15 et 18 novembre : Berlin, symphonie d’une grande ville de Walter Ruttmann (1927) et Le petit fugitif de Engel, Orpin et Abrashkin (1953).

ELISE PADOVANI
Novembre 2018

Photo:  Koyaanisqatsi de Godfrey Reggio © Mary X Distribution

Image de ville

15 au 25 novembre

Aix-en-Provence, Marseille, Martigues, Port-de-Bouc

imagedeville.org