Le rentrée du Théâtre Le Sémaphore à Port-de-Bouc : créations artistiques et actions culturelles

Le Sémaphore ouvre le monde

• 27 septembre 2013, 4 octobre 2013 •
Le rentrée du Théâtre Le Sémaphore à Port-de-Bouc : créations artistiques et actions culturelles - Zibeline

Pierre Grafféo, directeur du Sémaphore, a beau être inquiet quant à «l’incertitude financière et politique» due à la non sanctuarisation du budget de la Culture, ainsi qu’à la création future de la métropole «Aix Marseille Provence», approuvée par le Sénat en juin dernier (mais quid alors des financements de la Région, du Département ou de l’État ?), il n’est pas pour autant question pour lui de déchanter mais bien de préserver une intervention «plus que jamais devenue essentielle pour résister aux marchandisations de tous ordres».

Preuve en est une programmation qui propose une fois encore créations artistiques et actions culturelles, soit 25 spectacles pour 45 représentations, et des ateliers de pratiques artistiques amateurs. Majoritaire dans la programmation, le théâtre se décline sous toutes ses formes : version dépoussiérée et musicale d’Un fil à la patte de Feydeau mis en scène par Jean-Claude Fall avec 12 comédiens et 3 musiciens ; mélange des genres avec le Don Quichotte du Groupe Anamorphose qui fait d’un vide-grenier le matériau du jeu ; classicisme et beauté de la langue racinienne avec la mise en scène de Britannicus par Xavier Marchand (dont la création aura lieu en novembre à La Criée) ; La Part du colibri, fable écologique d’anticipation mise en scène par Alexandra Tobelaim ; Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare rajeuni par le biais des arts numériques concoctés par la cie L’Unijambiste ; mise en scène inventive du Cid de Corneille par l’Agence de voyages imaginaires ; le métissage entre danse, théâtre et cuisine d’Eva Doumbia avec Afropéennes, qui questionne la place de la femme noire occidentale… Fin novembre, place au cycle dramaturgies contemporaines arabes, avec 3 pièces : N’enterrez pas trop vite big brother du marocain Driss Ksikes, mise en scène de Catherine Marnas, Bye bye Gillo de l’auteur marocain Taha Adnan par la cie palestinienne Al Harah Theater, et Hello veut dire du Libanais Tarek El Bacha par la cie libanaise Shams. Sans oublier le jazz de Mariannick Saint-Ceran, du quartet de Philippe Petrucciani et de Jean-Jacques Lion

DOMINIQUE MARÇON
Septembre 2013

Photo : Don-Quichotte-c-Groupe-Anamorphose

À venir

Ciao Amore

le 27 sept

Un Fil à la patte

le 4 oct

Théâtre Le Sémaphore, Port-de-Bouc

Théâtre le Sémaphore
Centre Culturel
rue Turenne
13110 Port-de-Bouc
04 42 06 39 09
www.theatre-semaphore