Le Roi d’Ys, dans une version dirigée par Lawrence Foster, à l'Opéra de Marseille

Le Roi d’Ys

• 10 mai 2014, 13 mai 2014, 15 mai 2014, 18 mai 2014 •
Le Roi d’Ys, dans une version dirigée par Lawrence Foster, à l'Opéra de Marseille - Zibeline

Edouard Lalo fait partie de cette pléiade de musiciens qui ont fait la richesse de la musique française de la seconde partie du XIXe siècle. Avec son Concerto pour violon, la Rhapsodie espagnole, le ballet Namouna, ou son opéra Le Roi d’Ys, il laisse à l’histoire musicale de beaux chefs-d’œuvre, originaux, mêlant une opulence orchestrale (il fut comme beaucoup un grand admirateur de Wagner) à un goût pour les folklores.
Son magnifique opéra, trop rarement joué, est de cette veine romantique, au souffle épique. Le Roi d’Ys met en scène une histoire d’amour (forcément) contrariée dans un Moyen-Âge breton dont l’argument est tiré d’une légende rapportant que la ville d’Ys, capitale de Cornouaille, aurait été engloutie par les eaux. On loue à nouveau la direction artistique de l’Opéra de Marseille qui, au fil des saisons, défend ce beau répertoire national, souvent (et grossièrement, car il est très accessible au grand public) négligé.
Les deux princesses Margared (Béatrice Uria-Monzon) et Rozenn (Inva Mula) aiment le même homme, le chevalier Mylio (Florian Laconi). De là naît une jalousie qui finira… en tsunami ! Et l’on se laisse emporter dès les premières mesures de la longue Ouverture symphonique, des scènes de chœurs et de somptueux airs dont le plus célèbre reste l’aubade pour ténor «Vainement ma bien aimée…». Quant à la distribution dirigée par Lawrence Foster : elle parle d’elle-même ! À ne pas manquer !

JACQUES FRESCHEL
Mai 2014

les 10, 13, 15 et 18 mai
Opéra de Marseille 

Photo : Le Roi d’Ys © Cyrille Sabatier 


Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/