La saison 2016-2017 du Théâtre Le Merlan

Le Quartier et le Monde

La saison 2016-2017 du Théâtre Le Merlan - Zibeline

Avec 50 spectacles proposés au public, un soutien constant à la création et une présence quotidienne auprès des habitants du quartier, le Merlan confirme ses ambitions. Enthousiasmant !

Le projet de Francesca Poloniato, directrice du Merlan, repose sur un rapport étroit avec des artistes confirmés, constituant une « Bande » de créateurs qui travaillent, à divers égards, en lien avec le public ; et avec des artistes émergents, la « Ruche », qui profitent eux aussi des « outils ». C’est-à-dire des lieux, des moyens de production et de diffusion d’une scène nationale. Leurs spectacles constituent une part importante de la programmation offerte au public, mai aussi de l’action du théâtre dans les écoles, les crèches, les immeubles, la médiathèque ou les ateliers proposés au public. Ainsi certains « habitants » écrivent et slament avec Fred Nevchehirlian, d’autres dansent au Klap avec Nathalie Pernette, Céline Schnepf promène et fabrique nos Forêts intérieures dans les écoles, les lycées et les centres sociaux, Edith Amsellem brode la ville, François Cervantes écrit le deuxième volet de son Epopée du Grand Nord, histoire du quartier écrite et jouée par le quartier. De fait, ce n’est pas une saison qui s’annonce, mais un véritable projet de territoire, et de production de spectacles différents.

Des spectacles…

Mais ce constant bourdonnement d’activités et de création n’entame en rien l’appétit de spectacles venus d’ailleurs ! La nouvelle création de Philippe Quesne, Jean de Pange qui joue Molière en 5 rounds, Dorian Rossel qui transpose le Voyage à Tokyo d’Ozu, Emilie Chariot qui se livre à une belle appropriation de Virginie Despentes… les horizons théâtraux sont divers et résolument ouverts sur des esthétiques contemporaines particulières. Le public jeune est particulièrement soigné avec Olivier le Tellier, ou du cirque de grande qualité durant la Biennale du cirque de février (Yoan Bourgeois, le Groupe acrobatique de Tanger, Clément Dazin…). La saison se terminera par le Temps des envolées, appel à retrouver les espaces extérieurs quand l’été pointe son nez, particulièrement réussi l’an dernier…

Si le programme musical reste décevant (à quand des musiques savantes dans les quartiers nord de Marseille ?) malgré la venue de Miossec et quelques concerts surprise prévus, la danse interroge intelligemment le répertoire et les pratiques récentes  en se les appropriant : Hervé Robbe et le CNDC d’Angers reprennent Brumachon et remixent Béjart, Cristiana Morganti raconte ses 20 ans avec Pina Bausch, Thomas Lebrun s’amuse de la pacotille de boîte de nuit…

… et un projet

Michel Kelemenis aussi proposera son Collector, faisant reprendre à ses interprètes des pièces de Bagouet, Preljocaj ou de lui-même, qui ont marqué son parcours de danseur. Les artistes d’ici seront nombreux, comme Josette Baïz, Ex Nihilo, Marianne Suner, Alexandra Tobelaim. Aux côtés de ceux de la Ruche ou de la Bande ils proposeront leurs créations.

Car Céline Schnepf, Fred Nevchehirlian, Antonella Amirante, Nathalie Pernette, Mickaël Phelippeau, Fanny Soriano, Arthur Pérole, Pauline Bureau, François Cervantes sont également au programme avec des pièces de répertoire, et les créations qu’ils ont conçues au cœur de ce théâtre planté dans les cités.

Une démarche qui tend à abolir la frontière entre artistes et public, invité à sortir de la consommation passive, ou à lier sa pratique artistique avec l’activité de spectateur : le groupe des 15 emmené par Alexis Moati à la Gare Franche, les enfants qui dansent avec Josette Baïz, ceux qui écrivent avec Nevche ou Cervantes, peuvent aborder de l’intérieur ces créations interrogent le sport, le rock, les stars, l’enfance, le rêve, les contes, l’animalité…

AGNÈS FRESCHEL
Septembre 2016

Photo : Llamame Lola, Mickaël Phelippeau -c- Philippe Savoir

Le Zef
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
lezef.org