Hommage à Georges-Henri Rivière, précurseur des musées de société

Le peuple au Mucem

• 13 novembre 2018⇒14 mars 2019 •
Vérifier les jours off sur la période
Hommage à Georges-Henri Rivière, précurseur des musées de société - Zibeline

Le Mucem rend hommage à Georges-Henri Rivière, qui fit entrer la culture populaire au musée, et organise une journée PPP, pour « Populaire, Peuple, Public ».

Le directeur Jean-François Chougnet rappelait dans le n°7 de Zibeline Hebdo que Georges Henri Rivière (1897-1985) a inventé le Musée National des Arts et Traditions Populaires, dont le Mucem est l’héritier. En lui rendant hommage pour célébrer les cinq ans du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, il s’agit avant tout de comprendre comment cet homme a fait entrer des objets du quotidien dans un espace muséal, où ils ne trouvaient pas leur place auparavant, faute de prestige culturel. Pour Marie-Charlotte Calafat, co-commissaire avec Germain Viatte de l’exposition consacrée au muséologue, Georges-Henri Rivière « affirme que ces objets communs traduisent un savoir du peuple ». Elle précise qu’« il traite avec autant de considération une esquisse de L’homme au mouton de Pablo Picasso et un cadran solaire de berger ». L’héritage de ce passionné, pourtant assez peu connu du grand public, est multiforme. Il a mis au point une méthode originale, encore utilisée aujourd’hui par  les équipes scientifiques du Mucem : les enquêtes-collectes, proches des outils utilisés par les sociologues ou ethnologues de terrain. L’exposition Voir c’est comprendre (d’après une citation de Paul Éluard : « Voir, c’est comprendre, juger, déformer, oublier ou s’oublier, être ou disparaître… ») s’attelle à restituer ses diverses facettes.

Qu’est-ce que populaire veut dire ?

Le 13 novembre aura lieu au Mucem toute une journée consacrée au PPP, pour Populaire, Peuple, Public, une série de rencontres, débats et conférences autour de l’exposition. La programmation, touffue, sera prélude à la journée d’étude L’héritage de Georges Henri Rivière dans les écomusées et les musées de société, entre rupture et continuité, organisée par la Fédération des musées et écomusées de société au mois de janvier prochain. Introduite par l’historien et sociologue Pierre Rosanvallon, qui reviendra sur la notion de peuple souverain, tiraillée entre l’abstraction et une incarnation difficile à saisir dans sa diversité, elle se poursuivra avec une table ronde sur les différentes manières de Figurer le peuple, « raconter la vie », en présence d’historiens et ethnologues.

Bruno Brulon-Soares, enseignant à l’Université de Rio de Janeiro, évoquera dans la foulée les Réinventions contemporaines de la muséologie sociale. Nul doute qu’il sera également invité à s’exprimer sur la victoire de l’extrême droite dans son pays. Pour finir, une table ronde animée par Olga Bibiloni -responsable du service culture au quotidien La Provence-, avec des opérateurs culturels issus du grand sud de la France, reviendra sur le mot « populaire », dont la définition varie selon les contextes, tantôt comme un attribut positif, tantôt comme dépréciateur.

GAËLLE CLOAREC
Novembre 2018

Georges Henri Rivière
Voir, c’est comprendre
14 novembre au 4 mars 2019

Populaire Peuple Public
13 novembre

Photo : Georges-Henri Rivière sur les toits du Trocadéro en démolition 1936 -c- Mucem – Henri Lehmann X-D.R


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org