Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La saison 2016-2017 du Théâtre Liberté à Toulon

Le Liberté affiche son bonheur

La saison 2016-2017 du Théâtre Liberté à Toulon - Zibeline

Voici venu le temps de goûter à un cocktail savamment dosé entre Gustavo Giacosa, Isabelle Adjani, Philippe Caubère, Miloud Khélib, Nicolas Bouchaud, Nicole Genovese, Alex Lutz et tant d’autres encore…

Cinq ans après son ouverture au cœur de Toulon, Le Liberté a acquis ses lettres de noblesse et gagné son pari : obtenir le label de Scène nationale, en partage avec Châteauvallon à Ollioules. Cette mise en orbite réussie se concrétise par une programmation théâtrale et musicale équilibrée qui fait écho aux temps forts thématiques. Et inversement ! Les Thémas, conférences, rencontres, expositions, cinéma ou spectacles se multiplient afin d’approfondir les chemins de la réflexion. Pour le premier temps fort consacré à « l’art brut », les spectacles ne sont pas franchement dociles : La Maison et Nannetolicus Meccanicus Saint par Gustavo Giacosa, ancien interprète d’Emma Dante et Pippo Delbono, la trilogie Barbarians de l’étoile montante de la danse israélienne Hofesh Shechter (création Avignon 2015) ou encore la lecture-spectacle Écrits d’art brut à voix haute créée par Lucienne Peiry et produite par Le Liberté. Viendra ensuite un Théma sur « Les utopistes » pour marquer « l’envie de ne pas baisser les bras car ce sont les grands rêves qui font que les hommes créent de grandes choses » (dixit Charles Berling). Avec, dans son sillage, La mort de Danton mis en scène par François Orsini, qui interroge les valeurs de la République et les rapports de force ; la pièce loufoque et poétique 30/40 Livingstone de Sergi Lopez et David Climent, dont on devrait se souvenir. Comme on se souvient du magistral David Ayala dans Macbeth (The Notes), de retour avec une création à haut risque : Le vent se lève, adaptation de textes de Debord, Pasolini, Sade ou Philip Muray. Puis il sera temps d’aborder la question « Des dignités » et de s’interroger sur la transmission et la famille avec « Qui a tué grand-maman ? ».

Théma, mais encore…

Au-delà de cette partition finement orchestrée, la programmation surfe sur de multiples vagues musicales : Dionysos pur jus, Arthur H versus lecture érotique avec son complice Nicolas Repuc, Jacques Gamblin qui jazze à tout va, Cyril Mokaiesh et Giovanni Mirabassi et leur hommage aux vies brisées, le show électro du Cabaret contemporain à écouter et à danser, Lambert Wilson et son « double » Montand,  Camille Pépin pour sa mise en musique de Chamber Music de James Joyce (commande du festival Présences féminines), Natalie Dessay en récitante dans Orféo de Silvia Colasanti… Elle s’offre aussi des variations théâtrales dans et hors des sentiers battus en compagnie de Christophe Perton et son incandescent Une vitalité désespérée, Pascal Quignard et l’actrice Marie Vialle pour deux pièces sur-mesure (Princesse vieille reine et La rive dans le noir), le metteur en scène « européen » Ivo van Hove avec Vu du pont qui a valu à Charles Berling sa nomination aux Molières 2016. Ou encore Pascal Grégory dans un face à face inédit avec le circassien Mathurin Bolze (Ninet’Inferno).

Un habile dosage

Pour sa première saison écrite avec Pascale Boeglin-Rodier, mais sans son frère Philippe qui a quitté le navire, Charles Berling impose sa ligne conductrice : « Ni progressisme tyrannique, ni culture passéiste, on essaye toujours de faire mieux. On sait que nous ratons parfois des choses mais on aime prendre des risques. On est là aussi pour montrer la diversité des choses ».  2016-2017 est ainsi un mélange de spectacles consensuels avec têtes d’affiche et stars des médias, de plateaux novateurs avec le pôle multimédia (films, scènes, festival), de créations (Logiquimperturbabledufou de Zabou Breitman, Dans la solitude des champs de coton de Léonie Simega et Charles Berling), de spectacles hors normes comme Nobody de Cyril Teste, à la croisée de la performance filmique et du théâtre.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Septembre 2016

Photo : La Maison © David Richard


Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr