L'École des Hautes Études en Sciences Sociales fait son festival à Marseille, du 25 au 29 septembre

Le champ des possibles

• 25 septembre 2019⇒29 septembre 2019 •
L'École des Hautes Études en Sciences Sociales fait son festival à Marseille, du 25 au 29 septembre - Zibeline

L’EHESS organise le premier festival des sciences sociales à Marseille.

En finir avec la nature ? Quoi ?! On reconnaît bien là le sens de la formule des sciences sociales, qui ont choisi une thématique mordante pour leur premier festival. Le nom de la manifestation n’est pas mal non plus : Allez Savoir, invitation/injonction à sortir des ornières de l’indifférence ou du déni, pour réfléchir ensemble au monde dans lequel on vit. Nous n’en avons pas fini avec la nature, ça non ! Le concept est ambigu. La « civilisation » considère encore qu’elle n’est que ressources à exploiter, jusqu’à entraîner sa propre débâcle. Mais les sciences sociales peuvent aider à desserrer un peu l’étau, et selon les présidents du comité scientifique, l’historien Antoine Lilti et l’anthropologue Valeria Siniscalchi, « relativiser l’opposition entre culture et nature, qui organise la pensée moderne mais qui n’a rien d’universel ». L’EHESS, organisatrice du festival, veut contribuer à maintenir ouvert le champ des possibles. Car la vision prédatrice de l’environnement, à l’occidentale, n’est pas la seule, loin de là. Bien des sociétés humaines -au cours de l’histoire, encore aujourd’hui, et il faut l’espérer demain- ont cohabité avec le vivant de meilleure manière, sans s’en dissocier.

Un festival !

L’École des Hautes Études en Sciences Sociales est un grand établissement ayant pour mission l’enseignement supérieur et la recherche. De sa part, on s’attendrait plutôt à la mise en place d’un colloque scientifique, éventuellement ouvert aux curieux. Le choix d’un festival est significatif : le nouveau président de la structure en avait annoncé l’idée lors de sa prise de poste, en novembre 2017. Christophe Prochasson entend « par cette forme culturelle festive et joyeuse (…) briser les murs et les méconnaissances parfois arbitrairement élevés entre les publics et les outils de compréhension des grands défis de nos sociétés forgés par la recherche publique ». Est donc né le projet d’une manifestation ambitieuse, en accès libre à l’exception de deux projections-débats au cinéma La Baleine et d’un spectacle à Montévidéo.

Car Allez Savoir va se décliner dans de multiples lieux de la cité phocéenne, autour d’un épicentre, le site de la Vieille Charité, où sont implantés les locaux de l’EHESS. Le principal partenaire du festival est d’ailleurs la Ville de Marseille, à travers les services des Musées et des Bibliothèques où vont se tenir nombre de rencontres. « Organiser cette première édition ici s’est imposé d’emblée », précise Agnès Belbezet, sa coordinatrice. « Même si le site de Paris compte plus d’étudiants, historiquement les laboratoires marseillais ont été très importants, notamment sous l’influence de Fernand Braudel. »

Gai savoir

Le programme, bouclé avec un budget de fonctionnement de 120 000 €, est touffu : 120 intervenants et 45 événements sur cinq jours. On ne pourra pas tout voir, il faudra choisir entre les « têtes d’affiche », tels qu’Irène Théry ou Gilles Clément, et l’impressionnant panel d’historiens, géographes, ethnologues ou philosophes, moins médiatisés mais pas moins passionnants, qui sont invités. Au gré de son affinité, on se laissera tenter par des formules classiques, plus ludiques, ou carrément atypiques. Dans la première catégorie, la table ronde d’inauguration avec deux anthropologues, Philippe Descola et Judith Scheele. Ils évoqueront leur terrain d’étude, respectivement l’Amazonie et le Sahara, zones d’intenses tensions environnementales, sociales et économiques.

Dans la seconde, des formes inédites comme cette « conférence dérapante » proposée par la compagnie Singe debout, qui verra l’éthologue Vinciane Despret*, entourée de deux comédiens -dont un zoomorphe- jauger d’étonnants comportements animaux en s’appuyant sur de courtes vidéos (le public est invité à donner son avis).

Questions sociales

Pour Agnès Belbezet, « il en allait de la légitimité même du festival d’articuler les questions sociales et environnementales, et pour cela il fallait impérativement s’emparer de l’actualité ». Raison pour laquelle la Vieille Charité accueillera les lycéens marseillais qui s’essaient à l’activisme écologiste, lors d’un forum en présence de membres du mouvement Youth for climate, de Greenpeace, et de doctorants du centre Norbert Elias, eux aussi mobilisés sur ces enjeux. De la même façon, une table ronde est prévue autour du mouvement des Gilets Jaunes, avec trois observateurs : l’économiste Alain Trannoy, l’anthropologue Michel Peraldi, et le professeur de sciences politiques Martial Foucault. La rencontre aura lieu à la Bibliothèque de l’Alcazar… le samedi 28 septembre, soit le jour de l’Acte 46, en fin de matinée. Ce qui devrait permettre aux porteurs de chasubles fluo d’y assister -et de s’exprimer, étant au cœur du débat !- avant de rallier le rendez-vous traditionnel de la manifestation, sur le Vieux Port à 14 heures.

GAËLLE CLOAREC
Septembre 2019

* Retrouvez sur notre Webradio le Grand entretien qu’elle nous avait accordé en 2016 : journalzibeline.fr/programme/prendre-les-animaux-au-serieux-vinciane-despret-philosophe-et-ethologue/

Allez Savoir
25 au 29 septembre
Divers lieux, Marseille
allez-savoir.fr

Photo : Responsabilité face au désastre -c- EHESS


Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/


Musée d’histoire de Marseille
2, rue Henri-Barbusse
13001 Marseille
04 91 55 36 00
www.marseille.fr


La Vieille Charité
2 Rue de la Charité
13002 Marseille
04 91 14 58 80
http://vieille-charite-marseille.org/