Les Nouvelles Hybrides, lire et bien davantage

Le bonheur des questionsLu par Zibeline

Les Nouvelles Hybrides, lire et bien davantage - Zibeline

Cette année, les Nouvelles Hybrides se placent sous l’égide du « bruit des mots », cette musique particulière par laquelle les auteurs rendent compte des frémissements du monde

L’association Les Nouvelles Hybrides propose un programme de rencontres avec les auteurs pour la 16ème année. Convivialité, conversations après les présentations, performances, débats, temps de résidence, émergence d’œuvres nouvelles, tout est là pour rassembler auteurs et lecteurs, au cœur d’une connivence passionnée dans les médiathèques et bibliothèques du Luberon. Le théâtre, la musique, les ateliers participatifs où écriture et diction s’apprivoisent, ajoutent une profondeur aux textes découverts et permettent de mieux saisir ce que signifient les termes « travail d’écrivain ».

Afin de renouer les fils rompus par la crise sanitaire, la saison 2020-2021 démarre avec le point d’orgue qui aurait dû clore la précédente, ouvrant sur la richesse de la littérature des Caraïbes, en passant d’île en île (octobre). Le journaliste Bernard Magnier, guide de ce voyage, offre un florilège de romanciers et poètes des Caraïbes, lus par Jean-Marc Fort : Aimé Césaire, René Depestre, Édouard Glissant, Maryse Condé, Patrick Chamoiseau, Gisèle Pineau, Dany Laferrière, Lionel Trouillot… Puis on approchera davantage, séparément puis en table ronde, trois auteurs issus de Cuba, de La Guadeloupe, d’Haïti : Estelle-Sarah Bulle dont les écrits finement ciselés laissent affleurer un soupçon de créole, évoque dans Là où les chiens aboient par la queue le destin déchiré d’une génération d’Antillais prise entre deux mondes ; Pauline Huruguen en lira des passages avant de s’attacher à des extraits de Mur Méditerranée de Louis-Philippe Dalembert, qui s’inspire de la tragédie d’un bateau de clandestins sauvé, en été 2014, par le pétrolier danois Torm Lott. C’est le portrait d’une génération écrasée par une vision héroïque de son histoire que livrera ensuite Karla Suárez avec son dernier livre Le Fils du héros et la construction de sa propre liberté individuelle.

Novembre recevra en résidence Annie Zadek, dont les œuvres font souvent l’objet de performances. Son nouveau travail débutera là, sous la plume de celle qui affirme que son matériau n’est « pas tant l’écrit que la parole, la voix, avec ses spécificités : sonorités, souffles, rythme, silences, intensité, timbre, qu’[elle] essaie d’incarner dans l’écrit ». La lecture pour cette auteure est essentielle, « un écrivain qui lit ne s’abandonne pas, il cherche », elle nous conviera à parcourir sa bibliothèque idéale, chacun aura la possibilité d’apporter alors « son » livre préféré ou « incontournable »… Le même mois, les textes de Joseph Ponthus seront emportés dans les lignes mélodiques de Damien Gouy (voix) et les volutes du trombone d’Yves Robert avant que l’auteur ne se plie au jeu des questions auprès d’Élodie Karaki.

La médiathèque des Carmes proposera aux enfants (dès 5 ans) une veillée cinématographique réjouissante pendant que les « grands » profiteront des lectures musicales (17/11, Pertuis). Autre dimension des Nouvelles Hybrides, l’action littéraire en milieu carcéral, grâce à un partenariat avec la Maison d’arrêt de Luynes 2 avec l’aide du Centre national du livre et de l’Agence régionale du livre PACA : rencontres et lectures seront proposées aux publics empêchés. Une réelle volonté de lecture pour tous.

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2020

Les Nouvelles Hybrides
04 90 08 05 52 lesnouvelleshybrides.fr

Photographie : Estelle-Sarah Bulle © Julien Falsimagne / Leextra/ Editions Liana Levi