C'est pas du luxe ! revient à Avignon du 24 au 26 septembre. Entretien avec Sibylle Arlet.

L’art par tous

• 24 septembre 2021⇒26 septembre 2021, 24 septembre 2021⇒26 septembre 2021 •
C'est pas du luxe ! revient à Avignon du 24 au 26 septembre. Entretien avec Sibylle Arlet. - Zibeline

Le festival C’est pas du luxe ! est coorganisé par la Fondation Abbé Pierre, la Garance – scène nationale de Cavaillon et l’association Le Village, à Avignon. Entretien avec Sibylle Arlet, responsable du projet.

Zibeline : En quelques mots, C’est pas du luxe !, c’est quoi ?

Sibylle Arlet : L’idée est de proposer des créations réalisées par des personnes en situation de grande précarité et des artistes professionnels. Ensemble, dans toute la France, ils travaillent les projets tout au long de l’année. Ce sont des expositions, des concerts, des films, des spectacles de danse, de théâtre, etc. qui sont présentés au public, pendant trois jours, à Avignon. Il y a plus de 70 propositions cette année dans environ 25 lieux de la ville. Nous pensons qu’il est important de permettre au public traditionnel d’échanger avec des personnes qu’il n’a pas l’habitude de côtoyer. Cette rencontre accompagne un changement de regard sur les personnes précaires. Et pour ces dernières, c’est aussi une façon d’être valorisées, de montrer autre chose d’elles-mêmes que leur situation et d’avoir des clefs pour sortir de leur quotidien et s’émanciper.

Votre postulat est que l’accès à l’art jusque dans sa pratique n’est pas un supplément d’âme…

Les premières choses auxquelles on pense en termes de prise en charge de situations de grande précarité sont généralement des éléments liés à la survie, comme manger et être abrité. C’est primordial mais ce n’est pas ça qui rend une personne humaine et digne, à savoir participer à l’ensemble de la vie citoyenne. On est convaincus que ces projets-là sont aussi une manière d’avoir un espace pour s’exprimer, de visibilité, où l’on est en interaction avec d’autres, où l’on réfléchit ensemble. Ces opportunités nous paraissent presque plus importantes que les enjeux de survie.

C’est pas du luxe ! a été décalé d’une année en raison de la pandémie. Les projets ont-ils tous pu être reportés ?

Ils l’ont été en partie et ce n’est pas si mal parce qu’avec les contraintes liées aux confinements, certaines créations étaient tout juste abouties. La situation a permis aux groupes de continuer à les travailler. Une dizaine de propositions ont été créées pour cette édition.

Ces nouvelles créations ont-elles une coloration, une tonalité particulières en écho au contexte sanitaire ?

Beaucoup parmi celles initiées dans la période du Covid parlent du commun, de ce qui nous rassemble, de ce qui fait qu’on est tous ensemble et de ce que les hommes et les femmes ont d’universel. C’est le cas de l’exposition Corps-Accords, à l’Église des Célestins et Vous dansez ?, bal participatif avec la compagnie Marinette Dozeville, organisé à La FabricA.

Quels sont les autres temps forts de l’édition 2021 ?

On peut citer l’installation-vidéo Prendre place, dirigée par le photographe Christophe Loiseau, à la Chapelle Saint-Michel. C’est la reconstitution vivante d’un tableau de Brueghel, exposé au musée Calvet à Avignon, qui évoque une scène kermesse de village. Les personnages de l’époque sont interprétés par plus de 150 participants de toute la France qui se sont prêtés au jeu de poser en costume, symbolisant le vivre-ensemble. On accueille également la compagnie Rara Woulib avec le spectacle Moun Fou qui touche des personnes faisant partie de nos réseaux. Pour la clôture, nous ferons chanter tout le public pour une partition écrite spécialement pour le festival, avec comme chef de chœur Marc Sollogoub.

Propos recueillis par LUDOVIC TOMAS
Septembre 2021

Photo © Thomas Bohl
C’est pas du luxe !
24, 25 & 26 septembre
Divers lieux, Avignon
cestpasduluxe.fr