Voyage Voyages, une exposition plus Beaux-Arts que Société au Mucem

L’art en voyageVu par Zibeline

• 5 février 2020⇒4 mai 2020 •
Voyage Voyages, une exposition plus Beaux-Arts que Société au Mucem - Zibeline

Voyage Voyages, une exposition artistique qui détonne au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Attention, voici la dernière occasion de voir l’excellente exposition Giono au Mucem : courez-y si ce n’est déjà fait, elle s’achève le 17 février. Les amateurs de Beaux-Arts pourront en profiter pour visiter Voyage Voyages, une centaine d’œuvres rassemblées par Christine Poullain, ancienne directrice des Musées de Marseille, et Pierre-Nicolas Bounakoff, commissaire indépendant. Pourquoi ce thème du voyage, plutôt bateau, c’est presque le cas de le dire ? « Parce que le Mucem est le plus grand musée sur les bords de la Méditerranée, répond Christine Poullain ; je ne l’aurais pas proposé à Lyon ou Lille ».

Une déclaration un peu futile qui s’avère refléter assez bien le propos du dispositif. Malgré quelques tentatives, soulignées par son confrère, de « mettre en dialogue les époques, la pensée intellectuelle et le savoir-faire des artistes », les visiteurs attirés par les questions de société resteront sur leur faim. Car les aspects du voyage sur lesquels il y aurait eu le plus à dire -migrations, tourisme de masse, voire circulations de flux marchands- sont insuffisamment approfondis.

Un charme inégal

Reste une belle scénographie, signée Joris Lipsch et Floriane Pic du Studio Matters, avec des espaces denses et d’autres comportant des installations imposantes. Et une sélection d’œuvres, de la fin du XIXe siècle à nos jours, non dénuée de charme. Certaines sautent aux yeux, dont la plus frappante est sans doute aucun Accumulation -Searching for the Destination, vague de valises usagées réalisée par Chiharu Shiota. Lors de la visite de presse, le photographe Bernard Plossu s’en amusait : « ça donne envie de souffler dessus ! » Pas seulement : le public s’y attarde, s’aventure dessous, écoutant l’étonnant bruit de ressac des bagages suspendus par des fils rouges.

Les classes en sortie scolaire (lire ci-dessous) apprécient la variété des supports, les touristes photographiés par Martin Parr les font rire, Le Cockpit accidenté du marseillais Richard Baquié les impressionne, les couleurs du désert que Vassily Kandinsky et Paul Klee sont allés chercher au Maghreb attirent leur regard. Pas sûr qu’ils réalisent à quel point le Mucem a dû batailler pour leur présenter les deux tapisseries polynésiennes d’Henri Matisse, sur lesquelles s’achève le parcours : l’une d’entre elles ornait les locaux parisiens d’un ministère, d’après Christine Poullain…

Le public adulte, lui, se montre intrigué par des éléments plus discrets. Une mystérieuse et poétique vidéo filmée sur une plage de Dieppe en 2012, par Jennifer Douzenel, lors d’un concours de cerfs-volants, ou encore les enregistrements réalisés par le documentariste sonore Pascal Messaoudi auprès de marseillais, en amont de l’exposition. Dommage, ces derniers ne sont pas mis en valeur, car il est particulièrement émouvant d’entendre des prisonnières des Baumettes évoquer le voyage intérieur, seule évasion qui leur est possible.

Notez que durant les vacances d’hiver, outre des visites-jeu spécifiques, une série de propositions autour de Voyage Voyages est prévue à l’attention du jeune public. Pour les tout-petits, à partir de deux ans, trois courts métrages d’animation autour du monde de la mer seront projetés les 19 et 20 février. À partir de 8 ans, les enfants apprécieront Le Voyage de Malenky, du théâtre cinémarionettique  par la Cie Traversant 3 (26 et 27 février).

Autres propositions : musique et botanique

Le compositeur Tarek Atoui est l’artiste invité au Mucem pour la saison 2019-2020. Chaque week-end du mois de mars, il installera une Salle des sons dans le Forum du musée. Enfants et adultes, amateurs et professionnels sont conviés à participer à Transmitters, des ateliers animés par des musiciens confirmés dans cet espace d’expérimentation sonore, doté de deux tables connectées, équipées de mystérieux instruments et objets sonores : le Duofluctus (Sergey Filatov, Russie), le Piezothing (Daniel Araya, Suède), le Sub-ink (Boris Shershenkov, Russie) et le Trublion (collectif Trublion, Paris). L’objectif est de constituer un groupe qui répétera au GMEM, en vue d’une représentation publique au Mucem le 10 mai, ainsi que de concerts hors les murs.

Par ailleurs le 9 mars, en partenariat avec la plateforme de visionnage Tënk, aura lieu une projection du film Re : Visiting Tarab, réalisé par Fouad Elkoury en 2013 autour de Tarek Atoui.

Enfin dans le cadre du séminaire Exposer le récit (en entrée libre), l’Institut méditerranéen des métiers du patrimoine propose le 13 mars une rencontre avec l’artiste Uriel Orlow, autour du projet Theatrum Botanicum. Il détaillera son travail photographique et vidéo, et abordera des sujets tels que « le rôle de la classification et de la dénomination des plantes, le nationalisme botanique, la migration et l’invasion des espèces, le biopiratage et la diplomatie des fleurs pendant l’apartheid ».

GAËLLE CLOAREC
Février 2020

Voyage Voyages
jusqu’au 4 mai
Mucem, Marseille

Écoutez sur notre webradio l’émission Plus loin que la nuit et le jour, entretien avec Pierre-Nicolas Bounakoff, co-commissaire de l’exposition.

Photo : Chiharu Shiota, Accumulation – Searching for the Destination, 2014-2019 © Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la Galerie Templon, Paris-Bruxelles, photo Bertrand Huet-Tutti © Adagp, 2019



Les journalistes de Zibeline poursuivent leurs ateliers d’éducation à la presse en milieu scolaire. Ils ont accompagné une classe de primo-arrivants du collège Monticelli au Mucem, pour voir Voyage Voyages. Les élèves, avec leur enseignante Halina Mennai, ont rédigé une critique de l’exposition.

Les valises suspendues du Mucem

L’exposition Voyage Voyages est visible au Mucem à Marseille jusqu’au 4 mai 2020. Une centaine d’œuvres d’art : peintures, photographies, installations… pas vraiment ce qu’on attend d’un musée de société

Dès l’entrée de l’exposition, on est surpris par les valises suspendues. Le bruit des valises qui bougent (évoquant des fantômes, des bateaux, l’exode, la Shoah, etc.) est apaisant ou dérangeant selon les sensibilités. Une artiste, Chiharu Shiota, qui fait réagir ! Des photographies d’enfants en noir et blanc sont tristes, on voudrait les aider…

Mais cette exposition donne plutôt envie de voyager : elle rappelle des souvenirs de voyages. On voudrait visiter la Tunisie, le Maroc, grâce aux œuvres sur ces pays. Ou encore aller en Syrie, ou à Dubaï pour voir les îles qui s’effacent comme sur le grand panneau d’Andreas Gursky.

L’exposition ne donne pas assez à réfléchir sur les autres types de voyages que le tourisme, par exemple l’exil ou les migrations. C’est un appel à la rêverie plus qu’à la réflexion.

Classe UPE2A, collège Monticelli

Photo : Poèmes de la classe UPE2A inspirés par Voyage Voyages -c- G.C.


D’autres élèves de 5e du Collège Monticelli, accompagnés de leur professeure de français, Maïa Pigeyre, ont travaillé avec les journalistes de Zibeline sur cette exposition.

Nous publions ci-dessous certains de leurs poèmes, rédigés suite à la visite de Voyage Voyages au Mucem.

D’après Hot Spot, oeuvre de Mona Hatoum :

La planète remplie d’étoiles
La planète rouge écarlate
Je me sens en prison
Planète affolée en surconsommation

Planète lumineuse, planète magnifique
Aux vastes espaces verts et bleus
Peuplée de richesses et de ressources
Nous en sommes responsables.

Lena Perrot


Cette oeuvre qui m’a calmée
Tout d’un coup elle m’a arrêtée
Elle qui est si lumineuse
La voir m’a rendue heureuse

Elle m’a montré notre terre
Normalement teintée de vert
Mais je commence à la voir rouge
J’aimerais que tout cela bouge

Tout commence à disparaître
Ce monde ne va pas renaître
Ce lieu va nous abandonner
Car nous l’avons gaspillé

J’ai beau l’avoir adoré
Rien ne peut plus m’attrister
Il faut prendre soin de notre monde
Avant qu’il ne devienne immonde.

Illa Giraud-Réquillart


Tu es vraiment belle
Mais aussi rebelle…
Tu me fais rougir
Autant que fuir

Rouges sont tes lumières
Comme tes frontières
Tes lumières m’hypnotisent
Je ne peux lâcher prise.

Lucille Bouquin


D’après Accumulation – Searching for the destination, oeuvre de Chiharu Shiota

Petits bruits discrets,
On dirait qu’il pleur
Tout en douceur, fermez vos yeux,
Allongez-vous et profitez…

Petits escaliers,
Là pour s’envoler,
C’est sûrement le dernier
Voyage que l’on fait…

Lucille Bouquin


Valises qui volent
Je veux prendre mon envol
Voir cet horizon
Entendre des sons
Accompagnée de toi,
Dans tes bras

Ce bruit instantané
Comme une belle nuit d’été,
Je ne peux pas arrêter de te regarder,
Donne-moi tes clefs.

Yilda Ermeche


Voyage en voyage

A la recherche de terres inconnues
Ma valise se bouscule
Je m’envole vers d’autres cieux

Je vogue pour trouver l’inspiration
Je me souviens de mes découvertes
Je pars vers un horizon lointain
Encore et toujours avec ma fidèle valise.

Léna Perrot

Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org