Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Pierre Audi signe l'édition 2019 du Festival International d’Art Lyrique d’Aix

L’art de la nouveauté

• 3 juillet 2019⇒22 juillet 2019 •
Pierre Audi signe l'édition 2019 du Festival International d’Art Lyrique d’Aix  - Zibeline

Pierre Audi a imaginé une programmation au cours de laquelle l’on pourra découvrir cinq opus, tous pour la première fois à l’affiche du Festival International d’Art Lyrique d’Aix, sans compter les concerts, la nouvelle formule Incises, et les rencontres des cultures d’hier et d’aujourd’hui autour de la Méditerranée.

En introduction de son programme au packaging « nouvelle formule », le nouveau directeur tente de résumer les diverses propositions musicales de cette édition, apportant sa sensibilité à ce festival qui a marqué Aix de son empreinte depuis plus de 70 ans : « “la mort sublimée est une célébration de la vie”. Car c’est bien la musique qui prend soin de nous réconcilier avec l’angoisse de notre condition mortelle. » En lien avec les six opéras proposés cet été, un programme structuré de concerts symphoniques et de musique de voit le jour. Ainsi, un triple hommage sera rendu à Mozart par un diptyque de ses quatre dernières symphonies et une soirée consacrée au compositeur et à ses contemporains, parallèlement à la recréation de son Requiem, donné en ouverture (3 au 19 juillet), dans une mise en scène de Romeo Castellucci et dirigé par Raphaël Pichon à la tête de son Ensemble Pygmalion. L’œuvre sera entrelacée d’un corpus de chants grégoriens et de pièces rares de Mozart, en un poème scénique où méditation et élan de vie se conjuguent avec force. Les 11 et 17 juillet, Raphaël Pichon et son ensemble offrira sa lecture des dernières Symphonies de Mozart, assorties à des airs lyriques par la soprano Siobhan Stagg. Le chef Esa-Pekka Salonen et le Philharmonia Orchestra relieront l’œuvre de Kurt Weill et Bertolt Brecht, Grandeur et décadence de la ville de Mahagony mis en scène par Ivo van Hove et porté par les « stars » Karita Mattila et Sir Willard White, à Metropolis de Fritz Lang lors d’un ciné-concert, dystopies au vitriol qui satirisent nos sociétés contemporaines (6 au15 juillet). Auparavant l’on aura eu le privilège d’entendre la création française du Concerto pour violoncelle d’Esa-Pekka Salonen par le violoncelliste Truls Mørk, ainsi que Les Océanides de Sibelius et L’Oiseau de feu de Stravinski (10 juillet). Ingo Metzmacher quant à lui, proposera un concert inédit (création française de Über die Linie VIII de Rihm et le cycle du Chant de la Terre de Mahler par la mezzo-soprano Dame Sarah Connolly et le ténor Andreas Schager avec l’Orchestre de Paris) autour de l’œuvre de Wolfgang Rihm (13 juillet), dont il aura aussi dirigé l’opéra Jakob Lenz (5 au 12 juillet), inspiré d’une nouvelle de Georg Büchner qui retrace la vie de l’écrivain Jakob Lenz, l’un des instigateurs du Strum und Drang (Tempête et passion) ; l’Ensemble Modern sera pour l’occasion accompagné du baryton autrichien Georg Nigl dans une mise en scène époustouflante d’Andrea Breth. Enfin, prolongement naturel des opéras, les lauréats HSBC de l’Académie du Festival d’Aix, Julie Fuchs (16 juillet), Lea Desandre (8 juillet), Alphonse Cemin (16 juillet), et les Quatuors Van Kuijk (9 juillet) et Tana (12 juillet) parcourront quelques pages somptueuses du répertoire lyrique.

Aix accueillera pour la première fois une œuvre de Puccini, Tosca, dans une mise en scène de Christophe Honoré, qui sait toujours trouver un angle inattendu et pertinent dans son approche des œuvres : ici, une mise en abîme du personnage de la cantatrice, interprétée par la jeune soprano américaine Angel Blue, aux côtés du ténor Joseph Calleja et de l’Orchestre de l’Opéra national de Lyon sous la houlette de Daniele Rustioni (4 au 22 juillet). L’on écoutera aussi en création mondiale Les Mille Endormis, premier opéra d’Adam Maor sur un livret du metteur en scène Yonatan Levy, dirigé par Elena Schwarz à la tête des United Instruments of Lucilin (6 au 14 juillet), et en création française, Blank out de Michel van der Aa, à la croisée de l’opéra et des arts multimédias, spectacle hybride fascinant (13 & 14 juillet).

Incises et couleurs méditerranéennes

Nouveau label du Festival, Incises (terme choisi en hommage à Pierre Boulez) s’attache à de multiples propositions contemporaines et nombre de concerts en relation avec les opéras en font partie de même que l’installation performance de Michel van des Aa au Château Lacoste, EIGHT (1er au 30 juillet). Fidèle à l’esprit du Festival, les rencontres méditerranéennes convient cette année l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée (80 instrumentistes symphoniques) à suivre la direction du chef Daniele Rustioni (19 juillet) et la session de création interculturelle (une douzaine d’improvisateurs de divers horizons) aux côtés du saxophoniste Fabrizio Cassol (18 juillet), tandis que le sextet Two Rivers Ensemble du trompettiste américain Amir ElSaffar mêlera les accents du jazz contemporain aux maqams séculaires du Moyen-Orient (15 juillet).

MARYVONNE COLOMBANI
Juin 2019

Festival International d’Art Lyrique
3 au 22 juillet
Théâtre de l’Archevêché, GTP, Conservatoire Darius Milhaud, Hôtel Maynier d’Oppède, Jeu de Paume, Aix-en-Provence
08 20 922 923
festival-aix.com

Photo : Esa-Pekka Salonen et le Philharmonia Orchestra c Camilla Greenwell


Conservatoire Darius Milhaud
1 avenue Malherbe
13100 Aix-en-Provence
04 42 38 76 28
www.aixenprovence.fr


Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/


Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net

Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/