L’art butine la Belle en Mai

 - Zibeline

C’est sous le signe de la «cité d’artistes au regard tendre» du Montparnasse des années 1900 que Saffir, galerie nomade et la galerie Paradis inaugurent un lieu d’exposition à quelques pas d’une autre cité d’artistes, la Friche Belle de Mai. La (nouvelle) Ruche est née de la volonté de nouer des liens de proximité avec les habitants du quartier. C’est aussi le fruit de la rencontre entre Lydie Marchi et Jean-François Pascal qui partagent «les mêmes problématiques sur ce que peut-être le métier de galeriste ouvert sur l’extérieur et sur différentes sensibilités artistiques». Leurs identités respectives ne disparaissent pas -Saffir poursuit son itinérance- ni leurs programmations. Des échanges entre les lieux, des expositions communes diffractées selon les projets sont en jachère à l’heure où La Ruche donne son dernier coup de pinceau ! Le duo signe son premier commissariat avec une carte blanche à João Vilhena et ses invités Dorota Buczkowska et Fabien Granet, et après un joli clin d’œil à Brancusi, Modigliani et Soutine, fait les yeux doux aux surréalistes et ses Cadavres exquis… Car Vilhena conte une histoire à trois, écrite d’un dessin à l’autre sur des cartes postales anciennes que l’on découvre presque en même temps que le trio. Des cartes «où tout fonctionne avec des clins d’œil à Marseille», discrètement accrochées à côté des dessins de Vilhena d’une absolue beauté.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Mai 2012

 

Plutôt comme un soupçon que comme une certitude

João Vilhena, Dorota Buczkowska et Fabien Granet

jusqu’au 16 juin

La Ruche, Marseille 3e

06 03 40 76 92

www.marseilleexpos.com

La Ruche
18 boulevard Leccia
13003 Marseille
06 03 40 76 92
http://la-ruche-marseille.org