L'écran appartient aux femmes pour les Rencontres Films Femmes Méditerranée

La treizième

• 4 octobre 2018⇒21 octobre 2018 •
L'écran appartient aux femmes pour les Rencontres Films Femmes Méditerranée - Zibeline

 

Du 4 au 21 octobre, à Marseille et en Région, pleins feux sur le cinéma au féminin avec la 13e édition des Rencontres Films Femmes Méditerranée. Cent fois sur le métier, on a remis l’outrage, parlé de l’insupportable sous représentation des réalisatrices dans les festivals internationaux, discouru, poussé des coups de gueule. Mais les choses ont du mal à bouger, reflétant la réalité de la condition féminine partout dans le monde. Voici donc des Rencontres militantes qui défendent les films des cinéastes méditerranéennes. Une quarantaine cette année, de tous genres, de tous formats, dont beaucoup inédits, projetés le plus souvent en présence des réalisatrices. Du cinéma de qualité et au-delà des problématiques méditerranéennes, une réflexion plus générale, politique et artistique.

Le 5 octobre, à 20h au Mucem, c’est l’innocence du regard de Lazare sur un monde où l’esclavage passé se poursuit au présent sous d’autres formes, qui ouvrira les Rencontres avec le film d’Alice Rohrwacher, Heureux comme Lazzaro, allégorie pasolinienne d’une bonté absolue qui fait baisser leurs gueules aux loups mais n’éteint pas la méchanceté des hommes. Le 13, en point final à la manifestation marseillaise, à la Villa Méditerranée, un drame plus intimiste, Figlia mia de Laura Bispuri dont on attend avec impatience la leçon de cinéma à l’Institut Culturel Italien (13 et 17 octobre). Entre les deux, un programme foisonnant.

Des rendez-vous attendus par les habitués

La Table ronde du 6 octobre (en partenariat avec Arte et le Mucem) propose un débat sur le droit des femmes en Méditerranée à partir d’une enquête très documentée sur les réseaux d’influence des anti-IVG : Avortement, les Croisés contre-attaquent d’Alexandra Jousset et Andrea Rawlins-Gaston. Le week-end cinéphile du 6-7, au Mucem, revisite le cinéma féminin des 70’s, en présence de Jackie Buet et Coline Serreau dont le film de 1977, Mais qu’est-ce qu’elles veulent ? -qu’on reverra à cette occasion- donne son titre à l’ensemble du programme. Rétrospective et mise en perspective de films-cultes ! De la Fiancée du pirate de Nelly Kaplan à L’une chante, l’autre pas d’Agnès Varda. Autre passage obligé (et non moins délicieux) : le 12 octobre à la Villa Méditerranée, la soirée festive et mini festivalière de 13 en courts (13 courts métrages pour les Prix du Jury et du Public). Sans oublier l’atelier web création à La Fabulerie (8 octobre), qui se fera l’écho de l’activisme sur internet, ni l’expo chez Agnès B des photos des finalistes du Prix IWPA.

L’expression des aspirations à la liberté

C’est un des axes de la programmation 2018. Liberté sexuelle, sur fond de carnaval de Rio, dans l’envoûtant Obscuro Barroco d’Evangelia Kranioti, autour de la figure transsexuelle de Luana Muniz ou, sur la route de Marseille à Lisbonne, quand les rôles s’inversent pour deux jeunes femmes dans Le Viol du Routier de Juliette Chenais de Busscher. Liberté de choisir sa vie et ses combats dans Dil Leyla d’Asli Özarslan, portrait de la résistante kurde Leyla Imret, ou dans Djamilia d’Aminatou Echard, où se livre la parole des femmes d’aujourd’hui en correspondance avec la révolte de l’héroïne du roman de Tchinguiz Aïtmatov, mariée contre son gré. Liberté de tracer son chemin comme les deux protagonistes de Something useful de Pelin Esmer. Liberté créative toujours, avec entre autres le malicieux Albertine a disparu de Véronique Aubouy qui place Proust chez les Pompiers ! Projection le 11 en partenariat avec le FID, dans le tout nouveau cinéma La Baleine, suivie par la lecture d’extraits de La Recherche du Temps perdu.

Mention spéciale pour l’affiche des Rencontres, empruntée à un travail de la vidéaste israélienne Sigalit Landau. Vue du ciel, sur le fond bleu-vert de la Mer Morte, l’artiste, accrochée à une ficelle, bras tendu, s’intègre à une spirale de pastèques flottantes dont certaines, ouvertes, exposent leur chair rouge. La spirale se déploie, libérant et dévoilant son corps nu. Gestation d’une libération : une belle représentation de cette édition.

ELISE PADOVANI
Septembre 2018

Rencontres Films Femmes Méditerranée
4 au 21 octobre
Divers lieux, Marseille
films-femmes-med.org

Photo 1 : Heureux comme Lazzaro 2 © tempesta 2018
Photo 2 : Heureux comme Lazzaro 3 © tempesta 2018


Institut Culturel Italien
6, rue Fernand Pauriol
13392 Marseille Cedex 05
04 91 48 51 94
http://www.iicmarsiglia.esteri.it/IIC_Marsiglia


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org


Villa Méditerranée
Esplanade du J4
13002 Marseille
04 95 09 42 52
http://www.villa-mediterranee.org/