Exposition « Chabaud – Fauve et expressionniste » à Sète

La double vie d’Auguste ChabaudVu par Zibeline

Exposition «  Chabaud – Fauve et expressionniste » à Sète - Zibeline

Après les expositions marseillaises de Regards de Provence, le Musée sétois Paul Valéry nous emmène à la découverte d’un peintre aussi singulier que discret, qui a vécu entre le silence du Midi et la frénésie parisienne. Artiste incontournable au début du XXème siècle, Chabaud expose ses œuvres aux côtés de célèbres peintres tels que Matisse, Derain, Vlaminck ou encore Picasso et participe à l’Armany Show de New York en 1913… Remarqué par des collectionneurs du monde entier, cet artiste ancré dans l’avant- garde de son époque, est pourtant peu cité dans les livres d’histoire de l’art hors de sa reconnaissance provençale. Le musée Paul Valéry a souhaité mettre en exergue une partie cachée de son œuvre.

On y découvre une période très importante de la carrière de l’artiste puisqu’elle explique l’ambiguïté de ses peintures et de sa personnalité.  Ces œuvres sont marquées par les couleurs vives des fauvistes et le trait féroce des expressionnistes : à l’inverse de ses peintures de la Provence aux tons ocres, bleus et gris, c’est une nouvelle palette de rouges vifs et de blancs lumineux qu’il décline pour décrire sa vision de la vie nocturne parisienne qui le fascine. Des œuvres qu’il va pourtant cacher pendant près de 40 ans pour ne les dévoiler qu’en 1952 au Cercle Volney à Paris.

Mais pourquoi Chabaud a t-il « raté, plus de quarante ans auparavant, le train de la notoriété » Comme le constate la commissaire d’exposition Maïthé Vallès-Bled ?  Est-ce un signe de pudeur de la part d’un petit fils de pasteur protestant issu de la bourgeoisie viticole du Midi qui ose fréquenter certains lieux de débauches des nuits parisiennes?

Ce sont près de 110 peintures et une trentaine de dessins exposés au Musée Paul Valéry qui retracent le parcours atypique de cet artiste écartelé entre deux mondes. D’un côté le monde rural de la Provence de son enfance qu’il affectionne et de l’autre côté, celui de la vie parisienne animée, lumineuse et secrète. Des cabarets aux cirques en passant par les maisons closes, Chabaud est hypnotisé par ce que lui offre la capitale.

Et il ne cesse de surprendre, par des compositions où il expérimente le cubisme, des traits beaucoup plus épurés, ou l’utilisation de papier pour son service militaire en Tunisie. Une année pendant laquelle Chabaud va totalement s’écarter de la scène artistique parisienne : son absence au milieu de la célèbre « Cage aux fauves » du Salon d’automne en 1905 va marquer son détachement par rapport au fauvisme. Il ne participe à aucun mouvement, propose des œuvres atypiques. Enfin, il ne souhaitera proposer que des œuvres rurales et obscures, occultant toutes ces peintures virulentes des nuits parisiennes.

L’exposition est une véritable occasion de plonger  en plein cœur d’une Belle Epoque animée et en pleine effervescence qui s’apprête à entrer en guerre. La variété des œuvres, la luminosité du musée installé sur les hauteurs des montagnes sétoises offre un cadre idéal pour mettre en avant un artiste mal connu…

Anne-Lyse RENAUT

Octobre 2012

 

Exposition «  Chabaud – Fauve et expressionniste »

Jusqu’au 28 octobre 2012

 

Musée Paul Valéry
Rue François Desnoyer
34200 Sète
04 99 04 76 16
museepaulvalery-sete.fr