Avec le Conservatoire Arts et Sciences, la Camargue devient un laboratoire

La Camargue entre arts et sciences

• 5 novembre 2019⇒17 novembre 2019 •
Avec le Conservatoire Arts et Sciences, la Camargue devient un laboratoire - Zibeline

En tant que plus grande zone humide d’Europe, la Camargue fait saillir de nombreux constats et intérêts contradictoires face à la préservation de l’environnement : élévation du niveau de la mer, densification du littoral, mutations rapides de l’agriculture… Prenant le Delta du Rhône comme aire d’expérience et d’expertise, le Cercle Arts Sciences en Camargue en fait un véritable laboratoire pour penser les enjeux de conservation des territoires. Cette plateforme coopérative réunit 5 structures -Citron Jaune, Musée départemental Arles antique, Museon Arlaten, Tour du Valat et Parc naturel régional de Camargue. Fédérés depuis plusieurs années déjà autour de la programmation du festival Les Envies Rhônements, ces acteurs initient conjointement un nouveau rendez-vous : les Conversations Arts et Sciences, amenées à se renouveler chaque année pour impulser et fertiliser le dialogue entre artistes, scientifiques et citoyens.

L’événement est l’occasion d’arpenter plusieurs lieux emblématiques. Le Musée de la Camargue dès le 5 novembre, avec DUOLOGOS* Course libre, porté par l’ethnologue Anaïs Vaillant et le comédien Pierre Pilatte (Cie 1Watt) autour de la figure du taureau. Le lendemain, rendez-vous au théâtre d’Arles pour une nouvelle Cartographie du comédien-conférencier Frédéric Ferrer listant d’étonnantes révélations sur la morue. La semaine suivante, place à deux conférences théâtralisées à l’Espace Van Gogh : un DUOLOGOS* autour de la fabrication du pain, réunissant le chercheur en agronomie Jean-Pierre Berlan et le « chercheur en clownerie » François Palanque, suivi le lendemain par un ambitieux et participatif Abécédaire de l’Anthropocène (les 14 et 15 novembre). Le 16 novembre enfin, clôture frissonnante au prestigieux Musée départemental Arles antique. La compagnie de théâtre de rue Les 3 points de suspension y présentera Hiboux, une réinvention tendre et loufoque des rituels et représentations du deuil. En préambule, le spectateur aura le choix entre une déambulation dans l’allée des sarcophages en compagnie des médiatrices du musée, et une intervention du conservateur Nicolas de Larquier intitulé Des squelettes au musée. Fil rouge de cette première édition : l’effondrement, à penser comme une chance à saisir pour penser l’après. Il sera symbolisé par le mur de kaplas du Bazar Palace, à édifier collectivement dès le 15 novembre dans La Salle des pas perdus à Arles. Effondrement prévu le 17 novembre !

JULIE BORDENAVE
Octobre 2019

Conversations Arts et Sciences
5 au 17 novembre
Divers lieux, Arles
04 42 48 40 04 lecitronjaune.com

Photographie : Duologos Course libre © Guillaume Peyre