Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Spectacles à voir avant la clôture de la Biennale Internationale des Arts du Cirque

La BIAC, dernier tour de piste

• 1 février 2019⇒23 février 2019 •
Spectacles à voir avant la clôture de la Biennale Internationale des Arts du Cirque   - Zibeline

Après trois semaines de représentations à l’échelle de la Région, dont beaucoup affichèrent complet, et un week-end d’ouverture à la Friche ayant battu les records de fréquentation (de 15 000 à 16 000 spectateurs), il est temps pour cette 3e Biennale Internationale des Arts du Cirque d’entamer ses derniers tours de piste. Sur les plages du Prado, le village chapiteaux propose une conclusion cosmopolite. Les huit acrobates thèques du Cirk La Putyka ramènent une énergie contagieuse, pour traduire en acrobaties le trouble de l’hyperactivité, ADHD, dont a été diagnostiqué le directeur artistique du collectif, ainsi que son fils. Roue Cyr, mât chinois, roller skate se manient avec agilité et vitesse, retraçant le parcours de personnalités écorchées telles que Basquiat ou l’athlète Emile Zatopek. Du côté du Cambodge, les artistes du Phare Circus s’inspirent du parcours de Siddhartha narré par Herman Hesse, en évoluant sur une piste inondée de riz -l’or blanc local. Incontournable de la scène circassienne française contemporaine, le Collectif AOC, quant à lui, explore les marges avec cinq circassiens : apprivoisant sa discipline (mât chinois, fil, sangles, contorsion, roue Cyr), chacun explore la notion de débordement.

En salles, le cirque étudie les relations amoureuses et sensuelles : se basant sur un essai écrit par l’auteure Nancy Huston, les acrobates de la compagnie Le diable au corps -tous trois cofondateurs de l’époustouflant collectif de portés acrobatiques XY– étudient le désir sous toutes ses formes. Propos plus politique pour la compagnie marseillaise Attention fragile qui se penche sur les événements qui ont agité le début de notre jeune siècle.

Ailleurs dans la région, le binôme Zirkus Morsa donne corps au délitement du monde, en exploitant un agrès peu usité, le bola bola (planche sur un rouleau) : comment miser sur l’entraide, quand l’équilibre semble précaire ?

Enfin, quelques échappées : en marge de Lexicon, proposé sous chapiteau au Prado jusqu’au 10 février (voir pages suivantes), les Britanniques survoltés de No Fit State Circus animent la première Sirène et midi net de l’année, pour un tableau vivant et évolutif sur le parvis de l’Opéra, le mercredi 6 février à midi pile. Du côté d’Aix-en-Provence, l’exposition d’Adrien M et Claire B, Mirages et Miracles, est à voir à la Cité du Livre jusqu’au 23 février, pour vivre de surprenantes expériences sensorielles à base de réalité virtuelle.

JULIE BORDENAVE
Janvier 2019

biennale-cirque.com

Photo: Reflets dans un oeil d’homme, Cie Le diable au corps c Christophe Payot