Cannes, Visions Sociales, une belle programmation dédiée au jeune cinéma européen

Jeune et Européen

• 20 mai 2017⇒27 mai 2017 •
Cannes, Visions Sociales, une belle programmation dédiée au jeune cinéma européen - Zibeline

Pas question ni de Brexit ni de Franxit pour Cannes Visions Sociales ! Le programme de la 15ème édition de cette manifestation organisée à Mandelieu-la-Napoule pendant le Festival de Cannes par les Activités sociales de l’énergie est dédié au jeune cinéma européen. Comment questionne-t-il nos défis contemporains ? Ce sera le thème du débat animé par Jacques Kermabon le 23 mai.

Mais ce sont surtout les films projetés qui apporteront la réponse. 15 longs-métrages accompagnés par des cinéastes ou des spécialistes, auxquels s’ajoutent une sélection de 7 courts et 2 films du parrain de l’année, Stéphane Brizé, ce réalisateur de l’intime qui confronte des personnages ayant « une très haute idée de l’Homme » avec une réalité souvent déstabilisante. Il ouvrira le bal le 20 mai à 20 h avec La Loi du marché qui a valu un César à son interprète Vincent Lindon. Il présentera le 21 mai à 18 h sa récente adaptation du roman de Maupassant : Une vie (Prix Louis Delluc 2016).

Fidèle à ses objectifs de « montrer un cinéma ouvert et exigeant », Cannes Visions Sociales propose des films audacieux comme Le Parc de Damien Manivel au parti-pris minimaliste, Pretenders de l’Estonien Vallo Toomla mettant en scène dans un huis clos, inquiétant jusqu’à l’horreur, les tensions à l’intérieur de couples. Ou encore L’Ornithologue du Portugais Joao Pedro Rodriguez, qui bascule du documentaire animalier à l’allégorie, de la mésaventure du chasseur emporté par des rapides à une quête mystique, érotique, fantasmagorique. Des films humanistes faisant lumière sur notre monde tel qu’il va, à l’instar de Fuocammare de Gianfranco Rosi, plongée dans le quotidien des migrants échoués sur l’ile de Lampedusa. On aura des portraits, celui émouvant et drôle d’un inadapté qui conquiert son autonomie dans Willy 1er de Ludovic et Zoran Boukherma, Marielle Gautier et Hugo P. Thomas. Celui de Pepe qui, sortant d’un hôpital psychiatrique, cherche lui aussi à s’adapter à la société dans Vivre et autres fictions du Catalan Jo Sol. Ceux de Daphné et Josh, les mineurs délinquants emprisonnés de Claudio Giovannesi dans Fiore, ou celui du quadra grec en crise dans Suntan d’Argyris Papadimitropoulos. On pourra se laisser enchanter par le long-métrage d’animation lumineux de Sébastien Laudenbach, La jeune fille sans mains, adaptation virtuose et sensible d’un conte cruel des frères Grimm où, en des temps difficiles, un meunier vend son âme et sa fille au diable.
Tous les soirs à 21 h, du lundi au vendredi, dans le cadre somptueux du Domaine d’Agecroft, le public de Visions Sociales bénéficiera de la projection de films en compétition dans les sections partenaires : l’Acid, la Semaine de la Critique, la Quinzaine des Réalisateurs, Un certain Regard. Avec en rab le samedi, un film primé à la Quinzaine !

ELISE PADOVANI
20 au 27 mai

Domaine Agecroft, Mandelieu-la-Napoule
ccas-visions-sociales.org

Une vie, Stéphane Brizé, photo TS Productions © Michaâl Crotto