Le Festival Jazz des Cinq Continents trouve de nouvelles adresses à la VIlla Gaby et à la Casa Delauze

Jazz voyageurVu par Zibeline

• 15 juillet 2020⇒27 août 2020 •
Le Festival Jazz des Cinq Continents trouve de nouvelles adresses à la VIlla Gaby et à la Casa Delauze - Zibeline

Le festival Jazz des Cinq Continents se réapproprie l’été, temps que la crise sanitaire avait cru pouvoir oblitérer.

La magie de la musique redécouvre espaces connus et inédits, le « grand paquebot » qu’est le Mucem sera bien sûr réinvesti avec les concerts de Naïssam Jalal, Quest of the invisible (16 août) et de Sophie Alour, Joy, (19 août), (lire Zibeline, numéro spécial été 2020), mais « l’effet waouh » sera ressenti sur d’autres scènes marseillaises. C’est un « Jazz Club » de haute volée qui s’installera à la Villa Gaby sur la corniche face à la mer, réitérant et prolongeant les succès du club de plein air sur deux mardis supplémentaires après les passages du saxophoniste Raphaël Imbert, premier jazzman directeur d’un Conservatoire national de Musique, qui partagera son inventive maestria avec de jeunes talents, comme son fils, Timon Imbert à la batterie, (15 juillet), et du duo virtuose de Stéphane Belmondo (trompette, buggle) et Sylvain Luc (guitare) (22 juillet). Le 28 juillet, le génial pianiste Yves Scotto invitera ses complices Philippe Mao (contrebasse) et Philippe Le Van (batterie) sur les traces des géants américains du jazz classique, puis dans une folle échappée sur les thèmes du Jazz latino avec le jeune et brillant saxophoniste Ezequiel Celada… un tourbillon de rythmes ! Enfin le 4 août, l’énergie créatrice et fluide du jazz de Vincent Strazzieri (piano et saxophone) se glissera avec délices dans son trio avec Christophe Le Van (contrebasse) et Jean-Pierre Arnaud (batterie).

Autre lieu magique, la Casa Delauze, posée sur ses pilotis, ouvre ses baies vitrées sur la mer. On y entendra avec passion le New Monk Trio du pianiste Laurent de Wilde (6 août) qui offre une relecture originale du maître Thélonius Monk avec Jérôme Regard (contrebasse) et Donald Kontomanou (batterie). Avant ce concert de 20h30, en apéritif à 19h30, le quartet The Yellbows offrira sa folie joyeuse entre blues, folk, jazz, teinté de funk et de rock’n’roll (Stephan Notari, chant et guitare, Matthieu Maigre, trombone, Alexis Borrely, soubassophone, Thibaud Roussel, banjo ténor). Chaque soirée se décline ainsi en deux temps, variant les bonheurs musicaux. Le 13 août, le Alice Martinez Trio (Alice Martinez, chant, Lionel Dandine, piano, Sam Favreau, contrebasse), vibrant des influences des rues de Marseille, baladera son jazz de la Belle de Mai aux Iles du Frioul, puis la pianiste Macha Gharibian, nommée aux Victoires du Jazz 2020, mêlera les cultures arménienne, parisienne et new-yorkaise, dans l’univers très personnel habité par une voix aux accents de Nina Simone de son dernier album, Joy Ascension (avec Chris Jennings, contrebasse, et un invité). Le 20 août, le Duo impressionniste de Katell Boisneau (harpe celtique) et Matthieu Tomi (hyperbasse et voix) se lovera dans un monde fantastique et nostalgique avant le timbre jazzy et délicatement rétro de la chanteuse Hailey Tuck qui transgresse avec espièglerie les règles du genre, faisant se côtoyer les standards et les compositions personnelles. Le 27 août sera cubain, depuis le joyeux quartet de Claire Meynadier, piano, Émilie Laroubine, flûte, Luis Viloria, timbales, Emmanuel Paillardon, basse, qui interprètera le répertoire instrumental souvent inédit des grands compositeurs cubains du siècle dernier (danza, chachachá, habanera, n’auront plus de secrets pour vous !) et le grand pianiste Omar Sosa en solo dont le jazz se réinvente sans cesse, puisant dans les racines des musiques cubaines et world, hors-normes, il sait nous faire entendre l’invisible avec une grâce et une virtuosité qui transportent…

MARYVONNE COLOMBANI
Juillet 2020

15 juillet au 27 août
Villa Gaby, Casa Delauze, Mucem, Marseille
www.villagaby.org/
www.marseillejazz.com/

Photographie : The Yellbows © Facenda