Jazz à Juan, du 12 au 21 juillet

Jazz à Juan, le mythe

• 12 juillet 2019⇒21 juillet 2019 •
Jazz à Juan, du 12 au 21 juillet - Zibeline

Il a accueilli dès 1960 les plus grands jazzmen américains : pour Sydney Bechet, Dizzy Gillespie, Sarah Vaughan, Stan Getz, Sonny Rollins, la Pinède Gould était devenue l’endroit magique où ils pouvaient retrouver un public fervent, sous les étoiles et face à la mer…

Dirigé depuis 10 ans par Jean-René Palacio et organisé par l’office de tourisme de la ville, le festival programme aujourd’hui des têtes d’affiche parfois pas très jazz : entre George Benson, Ben Harper, Diana Krall ou le jazz manouche de Thomas Dutronc on pourra entendre Electro de Luxe, Magma, King Crimson, Jamiroquai, plutôt rock, fusion ou funk, et Pink Martini, carrément pop rétro, que Jane Birkin et Nolwenn Leroy viendront rejoindre.

Clairement, et les directeurs ne s’en cachent pas, il s’agit aujourd’hui d’attirer 40 000 spectateurs avec des têtes d’affiches, pour des soirées entre 60 et 150 euros, à quelques kilomètres de Nice Jazz Festival. Exit donc les Révélations, concours qui avait fait perdurer la réputation de défricheur du festival jusqu’en 2012. Ce qui n’empêche pas de proposer des temps de « vrai jazz » avec Omri Mor, le Eli Degibri quartet, le jazz caribéen de Delgrès… ou les parades quotidiennes qui mettent Antibes et Juan-les-Pins, gratuitement, dans des bains de big bands joyeux.

L’esprit du début n’est pas mort, et la pinède est si belle…

Agnès Freschel
Juillet 2019

Jazz à Juan
12 au 21 juillet
Pinède Gould, Juan-les-Pins
jazzajuan.com

Photo : George Benson c Rick Triana