Le Théâtre La Passerelle à Gap fait le pari d'une saison « normale». Entretien avec Philippe Ariagno

« Interroger notre part d’animalité perdue »

À Gap, la Passerelle conjure le sort avec une ouverture dansante et festive le 3 octobre sous la houlette des sonorités créoles du musicien David Walters, avant d’investir l’extérieur avec le festival Tous dehors (enfin) !, du 9 au 11 octobre. Entretien avec Philippe Ariagno, directeur de la scène nationale. Zibeline : Comment abordez-vous cette rentrée ?  Philippe Ariagno : J’ai fait le pari de poser une saison normale d’octobre à mai, avec un peu moins de 34 spectacles. Il était important pour l’équipe de se reconnecter avec le [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous