Toulon : une saison alléchante pour le Théâtre Liberté

Intégration réussie

Toulon : une saison alléchante pour le Théâtre Liberté - Zibeline

Le succès du Théâtre Liberté a révélé l’insatiable désir de théâtre des Toulonnais, et la pertinence des choix opérés. Liberté, saison 2, s’annonce aussi joyeux !

On pouvait douter au départ de la pertinence des frères Berling à la tête d’un tel équipement, et surtout du procédé qui le labellisait immédiatement en scène nationale sans tenir compte des équilibres territoriaux établis, au lendemain du retrait brutal de Toulon de l’année capitale culturelle. La Ville voulait mettre ses billes ailleurs. Aujourd’hui la fréquentation du théâtre, et surtout les liens forts et vrais qu’a su créer Philippe Berling dans le territoire, tandis que Charles maintenait le lien avec la capitale, semblent leur donner raison : la saison 2012/2013 du Théâtre Liberté, et de ses voisins devenus partenaires, est sans doute une des meilleures de la région.

D’abord parce qu’on y trouve de quoi satisfaire les goûts de chacun. Du théâtre de divertissement à la création contemporaine, du spectacle de star à la production de très nombreuses compagnies varoises, du théâtre de répertoire au musical, en passant par toutes les formes de musique, de rencontres et de cinéma. La danse reste plutôt à Châteauvallon, (sauf si elle nécessite un grand plateau comme Alvin Ailey, Montalvo ou Abou Lagraa), de même que le cirque (mais ne ratez pas Adrien Mondot), ce qui confirme la volonté de conserver les équilibres territoriaux. Ainsi les formes lyriques ou symphoniques sont à l’Opéra, et le jeune public, soigné au Revest, n’a pas de séances spéciales…

Mais le plus étonnant est le nombre et la variété des propositions : les salles tournent à plein, au rythme de 5 ou 6 spectacles différents par mois, sans compter les expositions et conférences, nombreuses et engagées. Bien sûr le soutien aux compagnies varoises, à l’exclusion des autres compagnies de la région, répond au financement important du CG du Var, et au peu d’implication de la Région Paca. Bien sûr aussi, dans le détail, certaines propositions, qui ne sont pas étrangères au succès public, semblent étranges dans une scène nationale (Guy Bedos, ou un récital de chant de Charles Berling). Mais cela reste très marginal, et les Toulonnais auront la chance cette année de voir des mises en scène d’Angelica Lidell, Olivier Py, Olivier Balazuc, Jean-Pierre Vincent, Michel Fau, d’entendre des textes essentiels, de Sophocle à Christophe Tarkos en passant par Goldoni et Philippe Dorin… et d’assister à des créations produites ou coproduites. Celle de Charles Berling, mis en scène par Christiane Cohendy ouvre la saison avec un spectacle qui entre au cœur de l’interprétation musicale, en mettant en scène à partir de leurs écrits Glenn Gould et Menuhin, interprété par le violoniste Ami Flammer. Puis les dates s’enchainent…

AGNÈS FRESCHEL

Septembre 2012

 

À venir :

Gould / Menuhin

Du 20 au 23 sept

 

L’Argent

Du 4 au 6 oct

Anne Théron, texte de Christophe Tarkos

 

Françoise Atlan et l’Orchestre arabo-andalou

Le 5 oct

 

Le Contraire de l’Amour

Les 11 et 12 oct

D’après le journal de Mouloud Feraoun, écrit durant la Guerre d’Algérie, avant son exécution par l’OAS. Avec Samuel Churin

Guy Bedos

Le 11 oct

 

Dis-leur que la vérité est belle

Les 18 et 19 oct

Des portraits de juifs pieds-noirs, cinquante ans après l’Indépendance de l’Algérie. Écrit et mis en scène par Jacques Hadjaj

Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr