Diversité et qualité au Méjan

Impossible n’est pas Méjan

• 18 octobre 2016⇒18 juillet 2017 •
Diversité et qualité au Méjan - Zibeline

Fidèle à ses choix de programmation, la Chapelle du Méjan d’Arles cultive sa diversité sans sacrifier son exigence de qualité. Reflet associatif des éditions Actes Sud, elle dépasse largement un rôle de tête de gondole auquel on pourrait l’assigner dans une ville au patrimoine exceptionnel, où les manifestations culturelles estivales emblématiques masquent un ronronnement hivernal proche de l’hibernation. La Chapelle pallie largement ce vide, y compris dans un cadre collaboratif et tarifaire avec les autres acteurs culturelles de la cité que sont le Cargo de Nuit et le Théâtre d’Arles.

La pluridisciplinarité est le maître-mot de cette nouvelle saison. Certes les Matinées et soirées Musicales d’Arles gardent leur thématique classique avec la Journée quatuor du 20 novembre mélangeant talents jeunes et confirmés (voir p 76), des séances chambristes développées en décembre (Trio Wanderer) et janvier (Quatuors Fine Arts) auxquelles se joignent le clarinettiste Raphaël Sévère ou le pianiste Romain Descharmes.

Cela n’empêchera nullement en février une lecture de l’actrice-comédienne Marianne Denicourt révélant les affinités entre Proust et Wagner réverbérées par le Trio George Sand.

De quoi comparer avec le Sprechgesang du Pierrot Lunaire Schönbergien mis en voix par la soprano Marion Tassou accompagnée par J.-F. Heisser et ses révélations un mois plus tard. La traditionnelle Semaine Sainte en Arles confirme la touche baroque de la saison avec l’Ensemble Gli incogniti et Le Concert Spirituel. Soutenue par la basse de viole de Christine Plubeau, la soprano Maïlys de Villoutreys déclinera le reflet  musical des Mémoires de Saint-Simon inspirée par le claveciniste Olivier Baumont. Inversement, la prose musicale de Céline Minard, Magyd Cherfi, Tournier ou Hemingway résonnera dans les bouches de Nathalie Richard, Didier Sandre ou M.-C. Barrault durant les soirées lecture, y compris en juin à l’Abbaye de Montmajour. Les expositions du peintre Gérard Eppelé et du photographe Penti Sammallahti viendront en contrepoint de ces sollicitations auditives dans l’attente des rencontres d’une rétrospective au printemps 2017 dont le sujet sera dévoilé en janvier 2017, tout comme le détail de Jazz in Arles prévu début mai.

Enfin, l’association cultive sa contribution pédagogique avec le Conservatoire de musique d’Arles et le jeune public avec L’Ecole du Mélomane, tout en fêtant les 20 ans d’Actes Sud Junior avec Drôles de Noëls au Méjan. Notons les réseaux fédérateurs comme La belle Saison ou l’Association Jazzé Croizé et le soutien d’un partenariat public ou privé. De quoi cultiver la voie des possibles.

PIERRE-ALAIN HOYET
Octobre 2016

Le Méjan, Arles
04 90 49 56 78 lemejan.com

Jean-François Heisser © Simone Poltronieri

Association du Méjan
Place Nina-Berberova ­
BP 90038
13633 Arles cedex
04 90 49 56 78
http://www.lemejan.com/