Plus de genres, du 17 mars au 19 avril à Klap Maison pour la danse de Marseille

Hymne à la liberté

• 17 mars 2018⇒19 avril 2018 •
Vérifier les jours off sur la période
Plus de genres, du 17 mars au 19 avril à Klap Maison pour la danse de Marseille - Zibeline

À Klap, + de Genres fait entrer en résonance des œuvres engagées, hors normes, décalées ou subversives ; des œuvres militantes et vibrantes d’humanité. Et détisse l’écheveau du genre.

Dans son étude La question du « genre » ou la défaite de l’homme hétérosexuel en Occident, le psychanalyste Jacques Arènes explore la « problématique de la gender theory [qui] a glissé du refus du monde patriarcal au rejet du modèle hétérosexuel. La revendication d’égalité entre sexes, se déployant sur un registre classique de différenciation assez claire de sexes, fait place progressivement à une logique de l’indifférenciation ». Mais la question du genre n’est pas le domaine réservé de la psychanalyse, de la sociologie ou de l’anthropologie : il est aussi celui des artistes auxquels Klap Maison pour la danse* se fait l’écho. Son temps fort + de Genres « témoigne en quelques coups de poing des introspections subtiles d’artistes et performeur-se-s qui ne craignent pas de présenter l’humanité en écorché anatomique ».

Questionner les frontières du genre, les différenciations de genre, les stéréotypes de sexe, telles sont quelques-unes des réflexions qui sous-tendent les pièces des artistes nationaux et internationaux invités. Dans ses créations provocatrices et anticonformistes, le plasticien-chorégraphe-performeur sud-africain Steven Cohen interroge son identité de « monstre homosexuel juif et blanc » dans la société postapartheid. Son travail est déclaré immoral dans son pays, alors il se bat pour l’égalité, et célèbre son amour disparu en produisant « un art vital », la danse : Put your heart under your feet… and walk ! Les danseurs et chorégraphes Ashley Chen et Philip Connaughton font face à l’adversité et à l’obstruction dans Whack !!, l’un et l’autre empêchés, tantôt adversaires tantôt compagnons, pour dénoncer l’absurde rivalité des adultes qui régit leurs relations. Au Pays-Bas, Arno Schuitemaker est une figure incontournable de la danse, réputé pour ses performances « hautement physiques et rigoureusement conceptuelles ». Klap Maison pour la danse permet au public marseillais de le découvrir et d’expérimenter ensemble le voyage hypnotique de While we strive. Le corps mis en jeu et ses multiples représentations sont au cœur des recherches d’Alexandra Bachzetsis et de son solo Private : wear a mask when you talk to me sur la fabrication des désirs sexuels et du genre. Autre approche du corps avec Camille Mutel qui, délaissant les habits d’interprète, guide les artistes vers une performance rituelle où dialoguent nudités et costumes (Animaux de béance). Le performeur grec Euripides Laskaridis conjugue mythologies et actualités, tragédie et comédie, et s’affranchit totalement de la question du genre : dans Titans, l’Olympe est un monde cosmique et chaotique peuplé de personnages anthropomorphes, d’ombres et de masques… + de Genres, c’est aussi des artistes qui explorent le lien entre le père et son enfant, les notions d’autorité et de dépendance (Des gestes blancs de Sylvain Bouillet avec Charlie Bouillet) ; dansent à contre sens de la bien-pensance en combinant métaphore, référence historique, littérature médiévale pour développer une réflexion digressive queer (Le corps du roi de Matthieu Hocquemiller) ; interrogent la féminité à travers la réinterprétation d’une matière originelle (le solo Woman créé par Andreas Constantinou porté, ce jour-là, par Alice Tatge) ; livrent leur expérience amoureuse personnelle, explorent tabous et cicatrices en racontant des endroits intimes de leur corps (Embrase-moi de Kaori Ito et Théo Touvet). Ou qui puisent à la source des contes et usent de subterfuges, comme Michel Kelemenis dans La Barbe bleue, afin de renverser les codes de la morale.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2018

* certains spectacles sont programmés avec Le Merlan scène nationale de Marseille (Ashley Chen et Philip Connaughton, Alexandra Bachzetsis, Camille Mutel) et le théâtre Joliette (Michel Kelemenis).

+ de genres
17 mars au 19 avril
Klap Maison pour la danse, Marseille

Photo : Put your heart under your feet… and walk ! de Steven Cohen © Pierre Planchenault


Klap
Maison pour la Danse
5 rue du Petit Versailles
13003 Marseille
04 96 11 11 20
http://www.kelemenis.fr/