Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La saison culturelle 2017-2018 du Théâtre d'Arles

Hospitalité arlésienne

La saison culturelle 2017-2018 du Théâtre d'Arles - Zibeline

Le Théâtre d’Arles fait des états du monde des états d’âme à explorer avec toujours plus d’humanité.

Placée sous le signe de l’hospitalité et de la bienveillance, la saison concoctée par Valérie Deulin, directrice du Théâtre d’Arles, rend compte du monde tel qu’il évolue et permet à chacun de faire un pas de côté, indispensable à la réflexion.

Découvrir l’autre

Il est question de frontière, visible ou impalpable, dans le spectacle de clôture du temps fort Des Cirques indisciplinés, Entre, pour lequel Vincent Berhault s’est inspiré de la vie incroyable de Mehran Karimi Nasseri, resté plus de 16 ans au terminal 1 de l’aéroport Charles de Gaulle dans l’attente d’une régularisation administrative. Dans Déplacement, le chorégraphe syrien Mithkal Alzghair explore l’exil, lui qui vit depuis quelques années en Europe. Volontaire ou forcé, devenu quoi qu’il en soit nécessité, ce déplacement souligne l’urgence à se réinventer. Exil toujours avec Sous le pont, un texte de Abdulrahman Khallouf mis en scène par Amre Sawah, tous deux syriens, échafaudé à partir d’histoires réelles qui évoquent le chaos des cinq dernières années dans ce pays à travers le personnage de Jamal, jeune réfugié arrivé en France. Syrie toujours, avec le bien nommé Hospitalités, projet mené par Massimo Furlan à l’invitation du musicien Kristof Hiriart avec des habitants de la Bastide-Clairence, petit village du Pays Basque. La fiction imaginée pour la performance en ce lieu (faire croire à l’arrivée de migrants dans le village pour y faire chuter le prix de l’immobilier) a rejoint l’actualité lorsqu’une famille de syrien s’y est installée… C’est cette histoire que racontent neuf des villageois. Par ailleurs, Michel Schweizer offre avec l’atelier Bienvenue chez vous en fin d’année l’hospitalité au sein du théâtre à tous ceux qui voudraient « s’impliquer dans une véritable transmission de savoirs et de pratiques ».

D’autres découvertes

Au fil des saisons se sont créées des fidélités avec les artistes, dont certains sont présents cette année encore : David Geselson, avec Doreen, pièce dans laquelle il imagine les mots de Doreen à André Gorz, philosophe et journaliste qui fut son époux et lui avait écrit une déclaration d’amour dans un livre alors qu’elle était malade. Un moment de grâce à l’état pur, au plus près du public ; Michel Schweizer réunit dans Cheptel un groupe d’adolescents invités à formuler leurs réflexions sur le monde, tel que l’univers des adultes en définit les contours ; Thibault Perrenoud adapte La Mouette de Tchekhov, d’après une nouvelle traduction de Clément Camar-Mercier qui a francisé les noms et transposé l’action dans l’Hexagone ; lors d’une soirée en deux temps, Mickaël Phelippeau explore et convoque la notion d’héritage avec le musicien et sonneur de cornemuse Erwan Keravec dans Membre fantôme, puis convie les spectateurs à danser et se rencontrer dans Yes we dance ; Antoine (Oppenheim) et Sophie (Cattani) font leur cinéma avec deux nouveaux ciné-clubs dont ils ont le secret : Les oiseaux reviennent et Bambi dans la jungle ; avec Gus, Sébastien Barrier compose le portrait épique et ludique d’un chat pittoresque ; avec La Maison, où se cachent autant de bonheurs que de malheurs, Inne Goris livre un opus personnel et poétique et questionne finement la grande vulnérabilité qui se cache derrière le rapport mère-enfant.

D’autres pépites sont à découvrir, parmi lesquelles le thriller théâtral et déjanté Sweet home, sans états d’âme d’Arthur Lefebvre mis en scène par Claire Dancoisne, le match poétique et politique À vif entre Kery James et Yannik Landrein, l’adaptation multiple que fait Tiago Rodrigues de Madame Bovary à partir du procès intenté à Flaubert en 1857, du roman lui-même, et d’une lettre imaginaire de l’auteur à une maîtresse…

DOMINIQUE MARÇON
Octobre 2017

Photo : Sous le pont -c- Lyad Kallas


Théâtre d’Arles
43 rue Jean Granaud
13200 Arles
04 90 52 51 55
www.theatre-arles.com